mercredi 24 avril 2019
> Autour d'Autun > Beuvray

SAINT-LEGER SOUS BEUVRAY : Une cinquième exploitation labellisée « Porcs plein air du Morvan »

13/02/2019 18:14Lu 2984 foisImprimer l’article
Les premiers porcs plein air du Morvan ont récemment été abattus à l’abbatoir d’Autun. Alors que les premiers jambons ont été prélevés sur les carcasses et envoyés en salle d’affinage, le reste de la viande se retrouvent depuis peu sur les étales des bouchers ou déjà dans les assiettes de plusieurs restaurants d’établissement scolaires. C’est le cas notamment pour le Lycée Bonaparte d’Autun, les collèges d’Etang-sur-Arroux et de Couches ou encore le Lycée Haigneraie de Blanzy. Et les premières consommations montrent une viande de qualité. « Nous avons une viande qui rend moins d’eau, un peu plus ferme et un peu plus musclé », confirme M. Marillier-Vailleau des Halles Bourguignonnes, situées au Creusot. Et Anne-Marie Ducreux, maire de Saint-Léger sous Beuvray, de souligner : « Il est important de revenir à une alimentation de qualité ». Des propos confirmés par Christian Gillot, président de la commission agricole du Parc Naturel Régional du Morvan. « Le consommateur  veulent du vrai, veulent du bon », affirme-t-il.
La filière Porc plein air du Morvan est donc lancée et bien lancée. Et ce lundi après-midi, le Parc Naturel Régional du Morvan, l’association Jambon du Morvan et la société Phillicot  viennent d’installer un cinquième élevage sur les huit premier prévus dans cette première version. Après Larochemillay, Lucenay-L’Evêque, Charbonnat et Château-Chinon, c’est Jérôme Marillier, à Saint-Léger sous Beuvray, qu’une quarantaine de porcs profitent du bon air pour grandir en liberté. Des porcs qui semblent être bien appréciés sur les pentes du Beuvray. « Le cochon, ça ne sent pas mauvais », affirme la maire de Saint-Léger sous Beuvray, qui habite à quelques centaines de mètres de l’élevage de Jérôme Marillier.
« Aujourd’hui, on peut tous être satisfait du moment que nous sommes entrain de vivre », assure Sylvain Mathieu, président du Parc Naturel Régional du Morvan. D’autant que plusieurs éleveurs frappe désormais à la porte du Parc du Morvan pour accueillir des porcs. Pour le moment, les promoteurs de ce porc plein air du Morvan préfèrent se cantonner aux huit premiers éleveurs. Le temps de poursuivre la construction de la filière.
Bastien MIGAULT