samedi 22 septembre 2018

Visitez la Salle d’exposition et découvrez les nouveautés chez Azur Services 71 et Bernard Labrosse

> Autour d'Autun > Etang sur Arroux

ETANG-SUR-ARROUX : La première pierre de la Maison de Santé Pluriprofessionnelle posée

08/07/2018 16:14Lu 1548 foisImprimer l’article
C’est un équipement auquel Dominique Commeau rêve depuis plus de 5 ans maintenant. Et à l’heure des discours, le maire d’Etang-sur-Arroux et vice-président du Grand Autunois-Morvan en charge des questions de santé ne pouvait cacher sa satisfaction de voir la première de la Maison de Santé pluriprofessionnelle posée. « Le parcours a été semé d’embûches mais j’y ai cru », assure l’édile, avant de retracer la genèse du projet et les multiples obstacles qui se sont dressés jusqu’à cette journée de samedi 7 juillet, date de la première pierre. Car l’élaboration de cet équipement a été tout sauf un long fleuve tranquille. Il a fallu convaincre les réticents au montage d’un tel équipement, créer l’Association de Coordination Médicale de l’Etangeois afin de préfigurer le projet, transférer la compétence de la commune d’Etang-sur-Arroux à la Communauté de Communes Beuvray-Val d’Arroux, fusionné depuis avec le Grand Autunois-Morvan, trouver les financements -qui atteignent 63% du coût du projet estimé à 1,51 million d’Euros Hors Taxes… Le dernier obstacle a été levé lorsque la Communauté de Communes du Grand Autunois-Morvan a repris à son compte la maîtrise d’ouvrage, confiée à l’origine à la SEMCODA. Et Chloé Loyez, médecin généraliste arrivée en 2015 à Etang-sur-Arroux de remercier la Communauté de Communes d’avoir pris la mesure de l’urgence de ce projet immobilier. « C’est un signe fort qui a été envoyé ».


Un équipement au plus proche des attentes des professionnels de santé


Marie-Claude Barnay, comme Dominique Commeau, a aussi fait part de son plaisir à voir cette première pierre posée. « Cet maison de santé lriprofessionnelle est attendue depuis plusieurs années, et il faut saluer la mobilatsion des élus de BVA et des professionnels de santé », assure la présidente du Grand Autunois-Morvan. Et de rappeler que la question de la santé publique et l’accès aux soins est la priorité N°1 de l’intercommunalité. Pour preuve, le communauté de communes fait procédé actuellement à l’extension de la maison de santé pluriprofessionnelle d’Epinac et porte, au côté de la Semcoda, la construction de celle de Saint-Pantaléon.
Pour Sylvain Mathieu, vice-président de la Région Bourgogne-Franche-Comté, ce modèle de maison de santé est aujourd’hui incontournable. « Nous sommes obligés de passer par la construction de tels infrastructures pour répondre aux demandes des professionnels de santé, soucieux de leurs qualité de vie », insiste-t-il. Et de plaider pour un retour sur la liberté d’installation des médecins.
Paraphrasant bien volontiers François Mitterrad et sa célèbre formule « là où il y a une volonté, il y a un chemin », Rémy Rebeyrotte a tenu à saluer la dynamique de l’équipe des professionnels de santé. « Il n’y a pas ce type d’équipement sans une mobilisation », estime le député de la troisième circonscription de Saône-et-Loire. Et de saluer également l’abnégation de Dominique Commeau pour mener à bien ce projet, qui n’aurait peut-être pas vu le jour sans la présence de la commune d’Etang-sur-Arroux dans une grande communauté de communes, comme le Grand Autunois-Morva. « C’est de propre de ces structures que de porter des projets comme celui-ci », estime le parlementaire.
Les travaux de cette maison pluriprofessionnelle de santé, dessinée par les Ateliers des équipes de Montceau-les-Mines, vont durer un an.
Bastien MIGAULT

Douze professionnels de santé accueillis

La maison de santé pluriprofessionnelle du val d’Arroux accueillera 2 médecins généralistes, 1 dentiste , 8 infirmières  et un 1 ostéopathe. Elle accueillera par ailleurs dans des cabinets partagés l’association d’aide à domicile DOMISOL, un neuropsychologue et une psychologue clinicienne. cPorté par l’ACME, le projet de santé rassemble une large majorité des praticiens du territoire. Il est ainsi partagé au-delà des murs par les professionnels du bassin de vie qui pourront le faire vivre. Y souscrivent également 3 infirmières, 2 pharmacies, 4 masseurs-kinésithérapeutes, 1 podologue.