dimanche 21 octobre 2018

Opération Reprise de votre ancien mobilier* 

(selon argus en magasin)

2ème CHANCE pour les retardataires

Prolongation jusqu’au 31 Octobre 2018

> Autun > Autun

AUTUN : L’école d’Augustodunum à l’heure des bilans

10/10/2018 14:15Lu 1802 foisImprimer l’article
L’idée est né dans la tête de Michaël Guijo l’hiver dernier. « Je voulais monter quelque chose pour permettre aux jeunes un peu éloigné du spectacle de s’y rapprocher », explique le président de l’Association Spectacle Historique d’Autun. L’Ecole d’Augustodunum était né. Bien évidemment, Michaël a pu compter sur la mobilisation de ses bénévoles, responsables d’ateliers et prestataires pour faire découvrir l’envers du décor d’Augustodunum. Décor, costumes, danse, combat, technique… Tout au long de cette première session de l’Ecole d’Augustodunum, de nombreux ateliers étaient proposés. Des ateliers dont ont profité pas moins de 204 jeunes de 5 à 25 ans, venant d’établissements et de structures totalement différentes. Aussi, l’Ecole d’Augustodunum a aussi bien accueilli des jeunes venus de l’école de La Celle-en-Morvan, de l’Ecole du Clos-Jovet, du Collège de la Châtaigneraie, de Territoire d’Aventures, d’Odyssée Loisirs ou encore du CFA du Bâtiment, sans oublier le Lycée Saint-Lazare ou encore l’Epide de Velet.
« Tous les enfants sont ressortis heureux des ateliers. Certains sont même prêts à s’investir dans la prochaine saison », indique le président d’Augustodunum.

Un satisfecit unanime


Le constat de Michaël Guijo est partagé tant par les bénévoles du spectacle que part les partenaires du projet. « C’est une grande satisfaction que d’avoir pu participer à cette opération. Les élèves se sont bien impliqués et j’ai eu de très bon retour. Merci aux bénévoles qui sont intervenus et qui ont ouvert d’autres champs aux élèves », explique Patrick Lauferon, principal du Collège de la Châtaigneraie. Un avis partagé par Dominique Bouchard, président d’Odyssée Loisirs ou encore Christian Cerqueira, formateur au CFA, dont les élèves sont intervenus sur les décors. « Cela permet de faire un travail de groupe et d’apprendre des techniques de chantier. Par ailleurs, ici , le travail reste pas comme au CFA où il est détruit », explique le formateur.
Andrée Alaix-Coudray, dont tout un chacun connaît l’attachement à Augustodunum, s’est dit ravie que le spectacle se soit ouvert aux jeunes. « Cette école a été bien ressentie par la municipalité et appréciée du maire », affirme-t-elle.


Une oreille attentive de l’Etat


Sans prétendre imiter les écoles du Puy du Fou, les équipes du spectacle autunois prépare activement la deuxième session de l’Ecole d’Augustodunum. Une préparation plus en amont qui permettra d’accueillir les écoliers dans de meilleures conditions, car la demande est forte. « J’ai déjà des demandes de structures, même de l’extérieur du territoire du Grand Autunois-Morvan pour l’année prochaine », indique Michaël Guijo.
Cette Ecole d’Augustodunum a également reçu une oreille attentive de la part de l’Etat et son représentant sur l’arrondissement d’Autun, Eric Boucourt. « Nous travaillons pour faire reconnaître notre école avec le label « Jeunesse Education Populaire » et pour prétendre un jour obtenir des crédit « Politique de la Ville », assure le président de la fresque gallo-romaine. Et d’assurer : « Il faut que l’on structure encore mieux ».
Bastien MIGAULT