dimanche 16 juin 2019
> Autun > Autun

AUTUN : Les difficultés de recrutement pénalisent l’ASSAD

12/04/2019 12:16Lu 3155 foisImprimer l’article
Après la plantation de l’arbre en mémoire du Dr. Alain Berhaut (cliquez pour lire notre premier article), l’Association de Soins et de Services à Domicile d’Autun, qui fête en cette année 2019 ses 60 ans d’existence, tenait son assemblée générale sous la verrière de la salle Colonel Lévêque. En d’entrée, Michel Charlot, président de l’association, a tenu à être rassurant. « Les résultats sont plus qu’encourageant sur le plan financier et en terme d’activités. Pour autant, la prudence doit guider nos décisions », indique-t-il. Et de pointer les difficultés de recrutement qui empêchent de bien préparer l’avenir.
Ces difficultés de recrutement ne sont pas sans conséquences sur le bon fonctionnement de l’association comme le rappelle Gérard Delbury, secrétaire de l’ASSAD dans son rapport d’activités. « Les difficultés sont un frein aux remplacements et donc à la prise en charge des clients, mais conduisent également à l’augmentation des temps de trajet. Face à cette situation, l’ASSAD ne reste pas les deux pieds dans le même sabot. « C’est un sujet qui nous particulièrement à coeur », assure Michel Charlot. Et le secrétaire de l’ASSAD de renchérir : « Nous menons des actions en collaborations avec les partenaires du territoire. Nous avons participé à des salons, à des forums de l’emploi, au forum consacré à l’aide à domicile organisé par le CIAS. L’ensemble de ces participations ont permis de mettre en évidence et de valoriser le métier d’aide à domicile auprès du du grand public ». Selon le président de l’ASSAD : « L’objectif est de donner une autre image du métier ».

Une activité soutenue


Malgré ce contexte compliqué, l’activité reste soutenue pour les deux composantes de l’ASSAD d’Autun.
Pour le Service d’Aide et d’Accompagnement à Domicile, les aides à domicile ont réalisé 101 972 heures de prestations. « C’est une baisse de 0,54 % par rapport à 2007, mais correspondant à l’activité prévisionnelle de 102 000 heures », constate Gérard Delbury. La durée moyenne d’intervention est, elle, en hausse. Elle passe de 0,98 heure à 1,039 heures. Hausse également des kilomètres parcourus qui passent de 2,93 euros pour une heure d’intervention à 3,08 kilomètres.
Le Service Polyvalent d’Aide et de Soins à Domicile compte pour sa part 116 places, dont 3 pour les personnes en situation de handicap. « Le taux d’occupation du service est de 95,99%. Les aides soignants ont parcouru 331 236 kilomètres », rapporte Gérard Delbury. Pour l’année 2018, le SPASAD a réglé 332 185 euros d’actes infirmiers. Un chiffre en baisse par rapport à l’année 2017 où 353 600 euros de soins ont été réglés. Par ailleurs, le service a construit des partenariats avec l’Hospitalisation à Domicile, l’Equipe Spécialisée Alzheimer et les infirmiers libéraux.
Dans ce contexte, l’ASSAD affiche une bonne santé financière, comme le montre le rapport budgétaire présenté par Marc de Sambucy. Des comptes validés sans réserves par le commissaire aux comptes, Sylvain Tramoy.
En guise de conclusion, Michel Charlot s’est dit heureux, en rendant hommage au personnel, de présider « une boutique comme celle-ci ». « Nous sommes une structure et une établissement qui ne vit pas dans le passé », insiste-t-il en précisant que « l’ASSAD va essayer de diversifier (son) activité ».
A l’issue des débats, Michèle Daudin, Josette Dirson, Monique Imbert et Agnès Pregermain ont été mises à l’honneur. Toutes les quatre ont en effet fait valoir leur droit à la retraite. Elles ont reçu des fleurs de la part des administrateurs et un coffret garni de la part du comité d’entreprise.
Bastien MIGAULT