mercredi 24 juillet 2019

Niché au cœur du quartier thermal de Bourbon-Lancy, le centre CeltÔ est un véritable lieu de détente dédié à votre Bien-Être où l'on vous réserve un accueil intimiste et attentionné pour une prise en charge personnalisée.

> Autun > Autun

AUTUN : Les élèves de Bonaparte au coeur des deux guerres mondiales en Alsace

17/05/2019 10:53Lu 1172 foisImprimer l’article
Pour la deuxième année consécutive, les enseignants d’Histoire Géographie du Lycée Bonaparte d’Autun, ont organisé un voyage scolaire en Alsace en mai 2019 (mardi/ mercredi 14-15 mai 2019) pour les  élèves de Première générale, autour du thème de l’Europe, des deux guerres mondiales au projet européen.
Ce projet pédagogique et mémoriel a été rendu possible pour la quatrième année consécutive, par les soutiens financiers de La Région Bourgogne-Franche Comté et du LIONS Club d’Autun, ce voyage scolaire de deux jours en Alsace, permet aux lycéens de mesurer les progrès et changements intervenus depuis 1914 en Europe.
Partis tôt le matin, mais bénéficiant d’une météorologie ensoleillée mais très fraîche, les élèves ont découvert le Mémorial Alsace Moselle, région de langue et de culture francophone et germanophone, espace frontalier et stratégique convoité, la région Alsace et le département de Moselle ont changé cinq fois de nationalité entre 1870 et 1945. C’est cette histoire complexe qu’évoque ce lieu, de la guerre franco prussienne de 1870-1871 jusqu’aux premiers pas de l’Europe Communautaire.
La visite s’est poursuivie l’après-midi, au camp de concentration de Natzwiller-Struthof, seul camp de concentration implanté sur le sol français (de 1940 à 1944, l’Alsace est annexée à l’Allemagne Nazie). Dans ce camp, des milliers de Français mais aussi d’Européens anti-nazis ont vécu l’indicible ; 52 000 déportés sont passés par ce camp, 25 000 y sont morts, dont un ancien élève du lycée Bonaparte.
Moment fort en émotions pour ces élèves qui ont visualisé l’horreur du système concentrationnaire et la barbarie nazie (baraquement du four crématoire, découverte de la chambre à gaz).Une des élèves participante ayant un membre de sa famille déporté qui a été interné au camp du Struthof  et a finalement trouvé la mort à Dachau, après l’évacuation des camps en 1945, au moment de la chute du régime nazi.
Le deuxième jour a été consacré à la Mémoire de la Grande Guerre de 1914-1918. Ayant pris « la route des crêtes » qui serpente sur les sommets des ballons d’Alsace, « la ligne bleue des Vosges », les élèves se sont préparés à la visite du site et de la nécropole nationale du Vieil Armand : le « Hartmannswillerkopf » ou « HWK », un sommet des Vosges (956 m), enjeu de combats terribles entre 1915 et 1918 entre français et allemands afin de contrôler la plaine d’Alsace au niveau villes industrielles de Mulhouse et Colmar
Visitant d’abord l’abri-mémoire d’Uffholtz (auberge de village transformée en abri sanitaire par les allemands, aujourd’hui Musée), avec l’évocation d’un poilu originaire de la campagne de Narbonne, Léon Marty, viticulteur, qui a servi au HWK et dont la famille a légué la correspondance qu’il a entretenu avec sa femme durant le conflit.
Les élèves ont ensuite découverts les nombreux vestiges du sommet du Vieil Armand, pris et repris huit fois en 1915  : tranchées, boyaux d’accès, abris, blockhaus, réseaux de barbelés et chevaux de frises dans un décor encore marqué par les trous d’obus et une végétation forestière qui a repris ses droits.
La crypte-ossuaire et le cimetière national du Vieil Armand attestent de la violence des combats : 30 000 hommes sont morts pour ce sommet surnommé, « HWK, la mangeuse d’hommes », 12 000 corps non identifiés français et allemands reposent ensemble dans la crypte-ossuaire.
Revenus à Autun, fatigués mais ravis de leur périple, les élèves avaient des histoires plein la tête.