mercredi 12 décembre 2018
Produits du terroir, paniers gourmands, vêtements ou objets déco…

Dégustation de produits du terroir Samedi 15 Décembre de 10h à 12h et de 14h à 18h avec passage du Père Noël à partir de 15h (Magasins d’Étang/Arroux et d’Épinac)

> Autun > Autun

AUTUN : Plongée au coeur de la biennale d’art contemporain d’Art Autun

05/08/2018 15:18Lu 1675 foisImprimer l’article
Depuis le début de l’été, la cité éduenne vit à l’heure d’Art Autun. A l’origine de cette biennale d’art contemporaine, on retrouve les artistes Reniere et Depla, qui se sont établis à Autun, il y a désormais trois ans. A travers ce rendez-vous, ils souhaitaient mettre en lumière le fil historique qui relie les anciens Pays bas, les Flandres, la Bourgogne et témoigner de l’importance des interactions, des migrations culturelles et artistiques qui bravent les régimes politiques et le temps.
Art Autun regroupe 22 artistes de renommée internationale ou émergent et 120 oeuvres réparties dans trois lieux bien distincts de l’agglomération. Si pour le Musée Rolin et le Musée Lapidaire, le choix semble relativement évidemment, celui de l’hôpital Saint-Gabriel semble interpeller. Comment et pourquoi utiliser les couloirs, les chambres et même les blocs opératioires de l’ancien hôpital autunois pour en faire un lieu d’exposition ? « Nous cherchions un lieu pour accueillir une centaine d’oeuvre. Nous avons visité l’ancienne prison, mais c’était trop compliqué d’installer. Vincent Chauvet nous a alors proposer l’ancien hôpital et nous nous sommes rapidement fixés sur ce lieu », explique Martine Depla, l’un des deux « curateurs », comprenez commissaire, d’Art Autun.


Un ressenti différent en fonction du visiteur


Chaque oeuvre présente dans cette biennale a été choisie par Renière et Depla dans les ateliers des artistes présents. « Elles devaient s’adapter au lieu où elles allaient être exposées », indique encore Martine Depla. Dans les salles, les explications se veulent volontairement minimalistes. Et l’artiste d’expliquer : « Nous ne voulions pas polluer les visiteurs, car le ressenti d’une oeuvre va être différent d’une personne à l’autre ».
Au Musée Rolin, l’installation est une peu plus différente de celle opérée dans les murs de l’hôpital, car les oeuvres se retrouvent en confrontation avec les collections permanentes. Néanmoins, les oeuvres ne sont pas placer dans les salles comme ça. Elles répondent à une certaine logique. «Il y une certaine résonance et un certain cheminement. Par dessus, les siècles et l’histoire, il y a des choses qui remontent », assure Martine Depla.
Ouverte depuis le début de juillet, la biennale d’art contemporain voit sa fréquentation régulièrement augmenter. « Il y des gens qui viennent spécifiquement pour visiter la visiter », assure le curateur. Et la carte de l’Europe affiché dans le hall d’accueil de l’hôpital Saint-Gabriel montre que les visiteurs sont venus parfois de très loin pour découvrir cette première.
Art Autun s’achève le 26 août prochain. Pour tout savoir, rendez-vous sur artautun.fr
Bastien MIGAULT


 
?>