dimanche 22 juillet 2018
Questions à...
Avant le dernier conseil municipal avant le vacances d'été et un an après son élection, Vincent Chauvet a répondu aux questions  d'Autun Infos.
Intercommunalité, centre-ville, rempart effondré, publicité ou sécurité, le maire d'Autun n'élude aucun sujet. Un entretien riche.
Ce jeudi soir, Marie-Claude Barnay préside le dernier communautaire avant la trêve estivale. Avant ce rendez-vous, la Présidente du Grand Autunois-Morvan a répondu aux questions d'Autun Infos. L'occasion pour elle de revenir sur sa première année à la tête de l'intercommunalité, de parler des relations avec la Ville d'Autun, d'évoquer le dossier du Centre Nautique et des futures économies de fonctionnement de la com-com. Un entretien riche.
30 associations écologistes ont fait du lobbying auprès de lui, mais Rémy Rebeyrotte n’a pas cédé aux pressions vertes sur la question du glyphosate et il s’en explique avec force d’arguments.
> Autun > Autun

Festival des Histoires Vraies : Antoine Vayer, entraîneur de l’équipe Festina en 1998 est revenu sur le dopage

14/07/2018 03:17Lu 564 foisImprimer l’article
Le public s’est retrouvé Place du Champ de Mars pour discuter du dopage, en particulier dans le monde du cyclisme.
Le dopage est un sujet déjà bien étudié par les journalistes. Antoine Vayer, ancien entraîneur de l'équipe cycliste Festina est revenu sur quelques-uns des rouages du dopage, les techniques existantes hier et aujourd’hui. Il est important de noter que la culture du dopage n’est pas la même dans chaque pays et que cela n’est pas prohibé partout. Être dopé dans l’équipe Festina en 1998 se traduisait par l’absorption d’une douzaine de produits.
Des affaires telles que l’affaire Amstrong montrent que certaines personnes bien placées dans les unités chargées de repérer le dopage ont pu et « couvrent » des sportifs. Même si la situation s’est améliorée, notamment dans le monde du vélo, Antoine Vayer affirme qu’il reste beaucoup à faire et à découvrir. Les agences de dopage aujourd’hui ne semblent pas être toujours très efficaces (volonté de certains de laisser cela dans l’état ? avec des questions d’argent ?). Le journaliste connaît bien le dopage et met en avant les conséquences pour la santé, le risque d’addiction et les performances que l’on peut obtenir avec de telles substances. Il établit le parallèle entre drogues et produits dopants, un marché générant autant de richesse pour lui.
Pour améliorer la situation, il faut investiguer et mieux informer le public, parfois trompé facilement et trop admiratif du spectacle qu’on veut lui vendre (Antoine cite notamment le Tour de France).
 Julien ZAÏDI