jeudi 24 août 2017
> Autun > Autun

GRAND AUTUNOIS-MORVAN : Quand la randonnée se la joue connectée

19/04/2017 17:50Lu 1956 foisImprimer l’article
Oubliez cartes d’Etat-Major, cartes IGN et autres guides… Désormais, en Grand Autunois-Morvan, la randonnée se pratique avec un smartphone en main. C’est du moins le nouveau produit que vient de lancer l’Office de Tourisme du Grand Autunois-Morvan.
« Il y a quelques années, le Pays de l’Autunois-Morvan avait édité toute une série de guide de randonnée sur les différents secteurs de son territoire », rappelle Nathalie Cadet, directrice de l’Office de Tourisme. Des guides qui aujourd’hui sont épuisés. C’est alors posé la question de la réédition de ces documents. C’est finalement l’imprimeur des documents de l’Office de Tourisme qui a apporté une solution innovante à l’OTGAM. En effet au lieu de proposer plusieurs guides, l’Office propose un guide un peu plus gros qu’une feuille A3 sur laquelle est recensé 69 balades, classées, un peu comme au ski, par difficulté. Pour retrouver le plan et le « pas à  pas », il suffit de scanner avec la liste des randonnées et choisir celle qui nous intéresse. « Une fois la fiche téléchargée, plus besoin de connexion », note Nathalie Cadet.
Néanmoins avant d’accéder au randonnée, il convient de télécharger gratuitement via App Store (pour les Iphone) et Google Play (pour les téléphones fonctionnant sur Androïd), l’application Onprint qui gère le système.
Pour Nathalie Cadet, c’est la première fois qu’Office de Tourisme utilise cette technique, au moins en Bourgogne - Franche-Comté, sinon en Saône-et-Loire. « On a tout de suite vu ce que l’on pouvait en faire car nous avons la possibilité de faire évoluer les contenus », indique la directrice de l’Office de Tourisme. Et de reprendre : « Nous réfléchissons déjà comment on peut « jouer » avec cette technologie ».
Cette « Carte Rando connectée » a été présenté au récent Salon de la randonnée , qui s’est déroulé à la fin du mois de Mars dernier à la Cite Internationale de Lyon. « L’outil a reçu un bon accueil », assure Sophie Pitaud, qui a piloté le dossier.
Bastien MIGAULT