samedi 29 avril 2017
Édito
La seule question est de savoir comment le pays va pouvoir rebondir après la fragmentation politique qui s’est produite ce dimanche 23 avril.
> Autun > Autun

LEGISLATIVES 2017 : Derrière Charles Landre... quoiqu’il arrive

09/01/2017 21:40Lu 4297 foisImprimer l’article
Ce mardi, Charles Landre, conseiller municipal du Creusot, présentera ses voeux. Il devrait sans grande surprise officialiser sa candidature pour les élections législatives de juin prochain. Dans cette bataille, le jeune élu va pouvoir bénéficier sur le soutien des délégués Les Républicains de la troisième circonscription de Saône-et-Loire. Quoiqu’il arrive… Ce samedi après-midi, les délégués de la circonscription l’ont clamé haut et fort, lors d’une réunion organisée à Autun.
« La troisième circonscription est très vaste. C’est en réalité une parfaite synthèse du département de Saône-et-Loire et de la France», indique Bruno Galice. Et de reprendre : « En 2012, elle est passée à gauche mais nous souhaitons aujourd’hui qu’elle repasse à droite après avoir été laissé très longtemps en friche ». Et pour les délégués LR, le candidat de la droite ne doit être ni un candidat opportuniste, ni un candidat apparatchik. « La politique de l’entre-soi et des arrangements n’est plus acceptable. Les Français n’en peuvent plus », assure le conseil municipal d’opposition autunois. Et pour lui, comme pour tous ses homologues, venus des quatre coins de la circonscription, il n’y a que Charles Landre qui peut incarner ce renouveau. « Nous lui affirmons notre soutien plein et entier », scande Bruno Galice. Et de reprendre : « Depuis un an, Charles Landre a effectué un travail de terrain très important, . Il a évité l’explosion du tissu militant et a su créer l’unité entre nous ». Un travail salué de tous. Qui plus est lors de l’organisation de la primaire de la droite et du centre, qui a vu le triomphe de François Fillon. « Charles a organisé 15 réunions sur toute la circonscription. Il a travaillé en pleine loyauté », insistent encore les délégués LR de la 3ème circonscription.

"Des candidatures suscitées pour le faire perdre"


Partant du principe qu’une légitimité s’acquiert et ne se décrète pas, ces représentants du parti de la droite républicaine ont choisi de soutenir Charles Landre en toute connaissance de cause. « Avec son dynamisme et sa nouvelle offre politique, il apporte un souffle salvateur », indique Bruno Galice.
Selon toute vraisemblance, Charles Landre devrait postuler afin d’obtenir l’investiture de Républicains. La Commission Nationale d’Investiture doit se réunir en fin de semaine prochaine. Elle devrait alors confirmer ou infirmer l’investiture  de Catherine Amiot. « Une candidature suscitée pour faire perdre Charles Landre », estiment ses soutiens, qui ne cessent de rappeler que l’adjointe au maire d’Epinac et conseillère départementale n’a adhéré aux Républicains que le jour même de la réunion de la Commission Nationale d’Investiture qui l’a désigné. « C’est inadmissible car une telle situation n’est pas admise dans les statuts du partit », reprend un des délégués de circonscriptions. Quant à une éventuelle autre candidature, les élus LR de la circonscription affirment ne pas avoir été contactés. « Nous savons qu’il y a des gens qui spéculent, mais nous n’avons été informés par aucune autre personne d’une éventuelle candidature devant la CNI », affirme Bruno Galice.
Et si la CNI choisit de confirmer son investiture à Catherine Amiot ? « Nous n’imaginons pas ce cas de figure. Pour nous, Charles Landre sera investi », indiquent encore ses soutiens. Et si ce n’est pas le cas et que le jeune Creusotin décide de présenter en candidat dissident ? La réponse des délégués est on ne peut plus clair.  « Nous avons décider de le suivre, de l’aider et de l’assister quoiqu’il arrive. C’est un choix que nous avons fait »,  assurent-ils. Quitte à en assumer les conséquences…
Bastien MIGAULT