dimanche 27 mai 2018

Pensez à la fête des Mères Dimanche 27 Mai !
Ouvert les dimanches 20 et 27 Mai à Étang/ Arroux

> Bourgogne-Franche Comté > Bourgogne-Franche Comté

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : En 2018, la SNCF va investir 26 millions d'euros dans le réseau de Saône-et-Loire

07/02/2018 03:09Lu 752 foisImprimer l’article
Elle avait fait pour 500 millions d'euros de travaux en 2017 sur le réseau régional, et en prévoit pour 200 millions en 2018. L'entretien et la modernisation des installations est un des enjeux forts d'SNCF réseau, qui doit permettre au ferroviaire de rester compétitif, à l'heure où la région mise sur une augmentation de la fréquentation, et à cinq ans de l'ouverture totale à la concurrence.
Le programme des principaux travaux en Bourgogne-Franche-Comté et en Saône-et-Loire.
Garantir la sécurité, et maintenir un niveau de service élevé, notamment par le biais de l'entretien des voies qui permet de ne pas baisser la vitesse des trains et de minimiser les risques de retards, tel est, en résumé, l'enjeu auquel fait face la SNCF, aussi bien au niveau national qu'au niveau régional.

«La stratégie de réseau tient en trois mots : sécurité, modernisation du réseau existants, nouveaux services à apporter» explique Jérôme Grand, directeur territorial Bourgogne-Franche-Comté SNCF Réseau. «La sécurité tient d'abord par la maintenance. Nous en faisons beaucoup pour garantir la sécurité et le maintient des circulations. Concernant les passages à niveau, nous faisons de la sensibilisation et de la prévention : journée de sensibilisation, prévention dans les écoles, prévention des chauffeurs scolaires, etc. Je tiens à rappeler que 99% des incidents sont dus au non-respect du code de la route».
Une action à hauteur de 4 millions d'euros pour des projets d'automatisation, et d'installation de feux à diode est également prévue, ainqi que le projet de suppression du passage à niveau de Jonche, annoncé par le préfet de l'Yonne.

Sur la modernisation du réseau existant «l'objectif, c'est la qualité de service, améliorer la régularité et le confort des passagers. En 2017, on a eu la ligne Paray-Chauffailles. Cette année, les travaux programmés concernent deux domaines : la voie (aiguillages à Mâcon et Nevers, tablier du pont de Gilly, etc) et de gros travaux de signalisation, qui auront un impact direct sur la régularité car 50% des retards sont dus à des pannes de signalisation».

Une centaine d'emplois créés en 2017


Et le directeur territorial de préciser que «ces 200 millions investis au niveau régional participent à l'activité économique et à l'emploi : en 2017, une centaine d'emplois ont été créés à SNCF Réseaux».
Enfin, sur le volet «nouveaux services», il est notamment question des travaux d'accessibilité de la gare de Dijon : «nous commençons par le quai numéro 3, qui sera fini en 2019, puis un quai par an pour ne pas trop perturber circulation».
En conclusion, Jérôme Grand ajoutait que, en préparation de l'ouverture à la concurrence, «nous avons un retard important à rattraper sur l'état des installations mais la tendance est bonne car nous avons des crédits de l'Etat».

Michel Neugnot, vice-président du Conseil Régional, poursuit : «500 millions, c'est plus du double de ce qu'on connaissait il y a 4 ou 5 ans. L'effort est considérable, mais ne fait globalement que maintenir la qualité de service. En ce qui concerne le contrat de plan, il faudra revoir la copie : nous devons avoir un retour sur investissement immédiat en qualité de service pour les usagers, nous devons tenir nos délais : c'est à l'Etat de donner le la pour que les financements le permettent, et nous devons nous projeter dans l'avenir».

Ouverture à la concurrence : «Se faire les dents et savoir»


Pour la Région, il y aura une loi ou une ordonnance qui déclinera le 4e paquet ferroviaire, qui devrait être voté avant les vacances et précisera les conditions d'ouverture à la concurrence. L'ouverture à la concurrence pourra commencer sur une partie du réseau à partir du 3 décembre 2019 puis pour toutes les conventions passées à partir de 2023, l'ouverture sera totale. «Le choix de Régions de France est de dire qu'il vaut mieux y aller sur une partie limitée et choisie pour se faire les dents et savoir».

Aujourd'hui, les commandes des sillons sont faites par SNCF mobilités qui les commande à SNCF réseaux «Il y aura à se poser la question de les commander directement. Dans le discours, c'est facile, mais faire ça, c'est un métier que devront acquérir les régions progressivement. D'où le besoin de commencer dès que possible. SNCF réseaux y travaille au niveau national : nous avons la volonté pour la Bourgogne-Franche-Comté d'être précurseur en la matière».
D'après Michel Neugnot, «les partenariats entre SNCF réseaux et les régions vont aller en s'amplifiant».

Eric Pierrat, SGAR à la Préfecture de Bourgogne-Franche-Comté, complète : «Les besoins en entretient et en maintenance sont très conséquents, en raison de besoins réguliers et des retards pris au fil des ans. C'est le sens des 500 millions et 200 millions de travaux. Ce sont des opérations très importantes car elles visent à transformer les modes de transport du quotidien. Ça n'a de sens que si le ferroviaire continue à être compétitif, notamment en terme de temps de trajet. Si on a un réseau remis à neuf et performant : il est un atout. C'est un enjeu fort à tous les niveaux».
Nicolas Richoffer

Les principaux travaux 2018 :


1 - Modernisation de la signalisation entre Mâcon (71) et Belleville (69), d'avril 2015 à décembre 2019 : 60 millions d'euros (coût global de 2015 à 2019).
2 - Modernisation de la voie en gare de Mâcon-Ville (71) du 2 janvier au 29 juin 2018 : 3,5 millions d'euros.
3 - Modernisation de la signalisation entre Blaisy-Bas (21) et Les Laumes (21) d'octobre 2016 à mai 2020 : 90 millions d'euros (coût global).
4 - Modernisation des installations de traction électrique des postes de Blaisy-Bas (21) et Plombières-les-Dijon (21) de février 2018 à décembre 2018 et de la sous-station de Velars-sur-Ouche (21) de septembre 2018 à août 2019 : 6,8 millions d'euros.
5 - Modernisation de la ligne entre Dijon (21) et Blaisy-Bas (21) du 3 septembre 2017 au 31 octobre 2018 : 6,6 millions d'euros.
6 - Modernisation de la ligne entre Bonny-sur-Loire (45) et Cosne-Cours-sur-Loire (58) du 2 janvier au 31 octobre 2018 : 13,5 millions d'euros.
7 - Modernisation de la ligne entre Dole (39) et Andelot (39) de février à novembre 2018 : 9 millions d'euros.
8 - Modernisation de la voie dans le secteur de Baume-les-Dames du 3 avril au 13 juillet 2018 : 3,5 millions d'euros.
9 - Réouverture aux voyageurs de la ligne Belfort - Delle (90) le dimanche 9 décembre 2018 : 110 millions d'euros (coût global 2017-2019).
10 - Travaux de modernisation de la signalisation en gare de Belfort (90) d'avril 2018 à juin 2019 : 84 millions d'euros (coût global 2015 à 2019).
11 - Modernisation de la signalisation sur la ligne ferroviaire entre Dole (39) et Vallorbe (Suisse) de septembre 2018 à décembre 2022 : 57 millions d'euros (coût global 2018 à 2022).
12 - Rénovation du viaduc ferroviaire de Gilly-sur-Loire (71) de septembre 2017 à octobre 2018 : 10,5 millions d'euros.
13 - Travaux de mise en accessibilité de la gare de Dole (39) de septembre 2018 à fin 2020 : 10,2 millions d'euros (coût global de 2018 à 2022).
14 - Travaux de mise en accessibilité de la gare de Dijon-Ville (21) de septembre 2018 à septembre 2023
15 - Travaux en gares de Bourgogne-Franche-Comté, de janvier 2018 à décembre 2019 : 1,6 millions d'euros.



Cliquez ici pour voir la carte des travaux en Bourgogne-franche-Comté en haute définition