dimanche 22 juillet 2018
Questions à...
Avant le dernier conseil municipal avant le vacances d'été et un an après son élection, Vincent Chauvet a répondu aux questions  d'Autun Infos.
Intercommunalité, centre-ville, rempart effondré, publicité ou sécurité, le maire d'Autun n'élude aucun sujet. Un entretien riche.
Ce jeudi soir, Marie-Claude Barnay préside le dernier communautaire avant la trêve estivale. Avant ce rendez-vous, la Présidente du Grand Autunois-Morvan a répondu aux questions d'Autun Infos. L'occasion pour elle de revenir sur sa première année à la tête de l'intercommunalité, de parler des relations avec la Ville d'Autun, d'évoquer le dossier du Centre Nautique et des futures économies de fonctionnement de la com-com. Un entretien riche.
30 associations écologistes ont fait du lobbying auprès de lui, mais Rémy Rebeyrotte n’a pas cédé aux pressions vertes sur la question du glyphosate et il s’en explique avec force d’arguments.
> Bourgogne-Franche Comté > Bourgogne-Franche Comté

Marie-Guite Dufay : «Il manque 240 médecins généralistes, 880 infirmiers, et 1000 médecins spécialistes en Bourgogne - Franche-Comté»

10/04/2018 15:35Lu 1056 foisImprimer l’article
Le débat sur le projet régional de santé, a vu Marie-Guite Dufay dresser un constat sévère de la santé de la Bourgogne - Franche-Comté. Avec surtout de fortes disparités entre les territoires. Dans la Nièvre et dans le Morvan notamment.Pierre Pribile (ARS) : «Le PRS énonce clairement les difficultés et propose des solutions»
François Sauvadet (LR-UDI) : «Je crains la début d'un cycle de fermetures»
Julien Odoul (FN) : «L'ARS est une machine à broyer la vraie médecine»
Jérôme Durain (PS) : «La santé n’est pas un service public comme un autre. Elle est au cœur de notre pacte républicain»
Des élus remontés comme des pendules, c’est ce qui attendait Pierre Pribile, le Directeur de l’Agence Régionale de Santé, ce mardi matin, à Dijon, où le Conseil Régional de Bourgogne - Franche-Comté était appelé à donner un avis sur le PRS, le Projet Régional de Santé pour la période 2018-2022.
Il n’y avait pas besoin d’attendre cette grande messe pour savoir que sur les territoires les hostilités sont nombreuses. A Clamecy, Tonnerre, Châtillon sur Seine, avec des remises en cause des urgences de nuit. A Montceau avec la fin annoncée de la chirurgie. A Chalon avec le dossier de l’angioplastie. A Nevers avec le transfert annoncé du centre 15 à Dijon…
Bref sur nombre de territoires les clignotants sont à l’orange concernant les établissements hospitaliers, sans compter les difficultés pour les habitants de trouver des médecins généralistes dans chacun des huit départements de Bourgogne - Franche-Comté, à savoir en Côte-d’Or, dans l’Yonne, dans la Nièvre, en Saône-et-Loire, dans le Jura, dans le Doubs, en Haute-Saône et dans le Territoire de Belfort. Partout les médecins généralistes travaillent en flux hyper tendu, où ne sont même plus accessibles sur certains territoires ruraux excentrés.

Un bravo pour la Saône-et-Loire

C’est dans ce contexte que Marie-Guite Dufay, la Présidente du Conseil Régional, a dressé un constat sévère en introduisant le débat.
«Que peut-on retenir des 200 pages et de l’état des lieux. La santé de nos habitants s’est améliorée, notamment grâce à notre système de santé. Mais aussi à des initiatives locales. Je salue notamment l’initiative du Président du conseil départemental de Saône-et-Loire de recruter et de salarier des médecins....

Cliquez ici pour lire la suite sur infos-dijon