mercredi 13 décembre 2017
> Bourgogne-Franche Comté > Bourgogne-Franche Comté

Vincent Chauvet : «Autun va mettre le paquet pour attirer les Chinois»

07/12/2017 03:00Lu 2071 foisImprimer l’article
Vincent Chauvet, maire d’Autun, a participé au colloque sur la Chine organisé au Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté. Il était en l’occurrence un des seuls Maires présents. Il s’est confié dans une interview.
Pourquoi vous intéressez-vous à la Chine et aux Chinois ?
«C’est un axe de développement majeur. Je me suis d’ailleurs rendu en Chine au mois d’Août parce que je considère qu’Autun à beaucoup à gagner à devenir une destination privilégiée pour les Chinois et notamment pour les étudiants. Je souhaite que l’on travaille dans trois directions».

Lesquelles ?
«Premièrement la formation. C’est le sens de la création de l’Institut Marco Polo pour favoriser l’apprentissage du Français par les étudiants chinois arrivant en France. Le colloque de Dijon nous a conforté sur ce besoin. Dès janvier 2018 nous allons accueillir des scolaires. Puis ensuite, au cours de l’année 2018, nous accueillerons des étudiants Post-Bac. Nous avons deux chargés de mission à Autun et un commercial en Chine dans la ville de Chengdu».

Votre deuxième priorité ?
«C’est évidemment le tourisme. Les prévisions tablent sur 220 millions de Chinois qui voyageront à l’extérieur de leur pays, en 2020. Il faut capter une partie de ces touristes. Il est important de noter qu’ils sont de plus en plus dans des voyages individuels et ils ne passent pas forcément par Paris. On sait que les Chinois s’intéressant à l’histoire. Nous avons vocation à accueillir ces touristes notamment quand ils sont entre Genève et Paris ou l’inverse. Je note avec satisfaction que la nouvelle direction des Ursulines s’inscrit dans cette démarche. Les autres hôteliers doivent faire de même, se former, se préparer quant aux habitudes des Chinois.
Mais nous devons aussi réfléchir économie».

C’est-à-dire ?
«Nous avons déjà une belle entreprise, les parapluies Neyrat, qui travaille avec la Chine et qui a rapatrié une partie de la production. Nous devons nous mettre en capacité d’attirer des investisseurs sur notre territoire. En ce sens, nous avons un projet de jumelage avec un quartier de Chengdu.
En ce sens, le colloque organisé à Dijon était très pertinent. Car c’est un marché complexe et les questions des relations avec la Chine ne doivent pas être abordées à la légère»
Recueilli par Alain BOLLERY

Cliquez ici pour voir le compte-rendu du colloque sur infos-dijon