mercredi 21 février 2018
> Faits Divers > Autour d'Autun

LA PETITE-VERRIERE : Il menace de se suicider, il est maîtrisé par le GIGN

09/02/2018 00:40Lu 7053 foisImprimer l’article
L'homme n'en est pas à son coup d'essai. Les autorités n'ont voulu ne prendre aucun risque. Ce jeudi en fin de matinée, lorsqu'une habitante de La Petite-Verrière contacte Daniel Daunot, maire de la commune, pour lui indique que son mari de se sucider, l'édile sait que l'affaire est sérieuse. L'individu est armé. Le 4 janvier 2015, l'individu s'était déjà "illustré" en tirant sur les pompiers d'Anost, venu le secourir suite à des menaces, là aussi, de mettre fin à ses jours (cliquez pour lire le rappel des faits).
Sauf que ce jeudi, ce n'est pas les pompiers que la maire de la commune appelle, mais bien les gendarmes. Et très rapidement, c'est un très important dispositif de gendarmerie qui est déployé dans la commune d'une soixantaine d'âmes et plus particulièrement autour du domicile de l'individu, au lieu-dit L'écarté. "Dans le même temps, le maire de la commune a fait mettre à l'abri les voisins, mais également la femme et les enfants de l'homme", explique Eric Boucourt, Sous-Préfet de l'arrondissement d'Autun, saluant les bonnes décisions prises de Daniel Daunot.
Devant la dangerosité de l'individu et afin de ne prendre aucun risque, l'antenne du GIGN de Dijon est appelée sur les lieux. Dans le même temps, les négociations sont entreprises pour tenter de faire revenir l'homme à la raison et éviter qu'il ne mette effectivement fin à ses jours. Après plusieurs heures de discussion, les gendarmes d'élite, qui avaient pris place autour la maison, décide d'y pénétrer pour maîtriser l'occupant. Il est finalement 20 h 55 lorsque les militaires y parviennent. "L'opération s'est très bien déroulée", indique encore le Sous-préfet d'Autun.
Pris en charge par les pompiers, l'homme a été évacué vers le Centre Hospitalier d'Autun. Une évacuation transitoire avant de rejoindre un établissement spécialisé. "Une demande d'internement d'office a été effectué par le maire de La Petite-Verrière", explique encore Eric Boucourt. Les armes, qui avaient été restituées à leur propriétaire après l'épisode de janvier 2015, ont été saisies et confisquées.
Bastien MIGAULT
(Photo d'archives janvier 2015 : Bastien MIGAULT)