lundi 26 juin 2017
Questions à...
«La Saône-et-Loire c’est 3000 créations par an»
«Mon objectif est vraiment d’éviter les doublons pour gagner en efficacité»
«Le soutien à la création et à la transmission c’est un budget de 19 millions d’euros»
«Aller vers un CFA unique Sud Bourgogne»
> Faits Divers > Autun

AUTUN : Cinquante personnes confinées suite à une odeur suspecte chez Dim

06/01/2017 11:05Lu 4701 foisImprimer l’article
Près de 25 pompiers ont été mobilisés.
C’est une odeur de solvant. Certains évoquent une odeur de  « chou pourri ». Depuis octobre dernier, les salariés de chez Hanes (Ex-Dim) travaillant dans le bâtiment Sarrade et Galtier, sur le site de Saint-Andoche ressentent cette odeur désagréable. Mais ce vendredi matin, cette odeur était plus forte que les autres jours. Aussi, le secrétaire du Comité d’Hygiène de Sécurité et des Conditions de Travail a pris la décision de faire intervenir les Sapeurs-Pompiers et de confiner une cinquantaine de  personnes à l’autre bout du bâtiment.
« A notre arrivée, nous avons effectivement pu constater la présence d’une forte odeur entre le bâtiment de Tolix et celui d’Hanes », indique l’Adjudant-Chef Pascal Lukowitz, chef de groupe. Rapidement les relevés effectués par le technicien de GrDF ont permis d’écarter l’hypothèse de la fuite de gaz.
Les investigations menées par les pompiers autunois, renforcés d’une équipe spécialisée dans les risques chimiques ont permis d’identifier l’origine de l’odeur. « Cette dernière est connu. Il n’y aucun danger », assure le Capitaine Fabrice Santiago, chef de colonne, précisant que le problème serait réglé entre Tolix et Hanes.

La météo rentre en ligne de compte


La persistance de l’odeur et son intensité est liée au contexte météorologique. Le plafond bas et le froid ne permettent la dilution de l’odeur. Un peu comme l’épisode de pollution aux particules fines qu’a connu la région parisienne durant la période des fêtes de fin d’année.
La cinquantaine de salariés confinés a été auscultée par les deux infirmières de l’entreprise, par l’infirmier du Service de Santé et de Secours Médical des Sapeurs-Pompiers et par l’équipage du VSAV d’Autun. L’état des personnes n’a nécessité aucun transport vers le Centre Hospitalier. Le dispositif a été levé aux alentours de 10 heures.
Rémy Rebeyrotte, Maire d'Autun, s'est rendu sur les lieux.
Bastien MIGAULT