mardi 19 novembre 2019

Dernière ligne droite
Liquidation totale avant travaux* jusqu’au 30 Novembre 2019
-50% sur Rayon Pêche, Vêtements et Accessoires de Chasse

> Faits Divers > Autun

AUTUN : Des brebis d'un même troupeau attaquées deux fois en un mois

06/11/2019 03:17Lu 8163 foisImprimer l’article
« Ce n’est pas tenable. On ne travaille pas pour ça ». Guy et Béatrice De Bontin, exploitants agricoles installés aux Revirets à quelques certaines de mètres au dessus du collège de la Châtaigneraie sont en colère. Pour la deuxième fois en un mois, leur cheptel de brebis a fait l’objet d’une attaque. « La première fois, une brebis est morte sur le coup et nous avons été obligés d’en faire euthanasier une. Pour la seconde attaque, qui s’est déroulée ce dimanche, deux brebis ont été tuées sur le coup. La troisième a eu la tête partiellement dévorée. Et même si elle était encore vivante, là aussi, nous n’avons pas eu d’autres choix que de mettre fin à ses souffrances », déplorent les deux agriculteurs.
Si dans certains secteurs du Morvan, les attaques sont imputées au loup, dont la présence est désormais avérée, celles qu’ont subi le cheptel du GAEC De Bontin sont bien l’oeuvre de chiens. Des chiens bien connus et bien identifiés par Guy et Béatrice De Bottin. « Ce sont deux chiens d’attaque de type American Staff », indique le couple. Des chiens qui appartiennent à un jeune homme installé à quelques centaines de mètres de la ferme. Un jeune homme qui mènerait une vie de marginale. Selon des informations recueillies par Autun Infos, le propriétaire des chiens aurait suite à la première attaque proposé au couple de l'indemniser. Malheureusement sans effet pour le moment...


Bien évidemment, les exploitants agricoles ont déposé plainte en Gendarmerie. Plainte qui n’a pour l’instant pas abouti. Mais la situation exaspère au plus haut point Guy De Bontin. « Quand est-ce que cela va s’arrêter ? A-t-on le droit de laisser ces chiens agir en toute impunité ? », s’interroge-t-il. Aujourd’hui, le couple est à la recherche de tous témoignages qui permettraient de mettre ces deux chiens hors d’état de nuire. « On sait qu’il y a des personnes qui ont vu les attaques », indique encore Guy de Bontin.
Bastien MIGAULT