dimanche 21 octobre 2018

Opération Reprise de votre ancien mobilier* 

(selon argus en magasin)

2ème CHANCE pour les retardataires

Prolongation jusqu’au 31 Octobre 2018

> Faits Divers > Tribunal

AUTUN / ETANG-SUR-ARROUX : Pour faire passer sa retraite, il boit et les taux d’alcoolémie sont de plus en plus haut…

11/10/2018 01:00Lu 3163 foisImprimer l’article
En décembre 2017 il est condamné pour CEA*. Le 7 juillet dernier il circulait à Etang sur Arroux avec plus d’1,6 gramme d’alcool par litre de sang. Il reçoit alors une convocation pour passer en CRPC le 10 octobre. Le 4 octobre dernier, quand il a embouti, à Autun, une voiture en stationnement, son alcoolémie était de 1,76 g/l. Il ne voulait pas qu’un témoin appelle les gendarmes, et, paniqué, il s’agitait : « Je suis foutu ! Je vais aller en prison. »
Il avait raison, il est allé en prison le lendemain, après déferrement. Mandat de dépôt jusqu’à son jugement en comparution immédiate ce lundi 8 octobre. Mais : il n’a pas de problème avec l’alcool, c’est ce qu’il dit en début d’audience. En audition à la gendarmerie il le disait aussi, mais sur un mode plus fantaisiste : « Consommez-vous tous les jours ? – Oui, mais moins qu’hier. » René, 65 ans, a donc des problèmes avec les lois qui réglementent la consommation d’alcool. Il épate la présidente Pertuisot tant il connaît bien les différents taux d’alcoolémie qui balisent la route qui l’a mené au centre pénitentiaire.
En juillet, sa voiture est confisquée. Qu’à cela ne tienne, René s’achète une voiture sans permis. « Vous contournez l’obstacle, constate la présidente. – Ah, je croyais que j’avais le droit de conduire une voiture sans permis ?  – Oui, mais vous n’avez pas celui de boire de l’alcool avant de prendre de volant. » Il répond « oui ». Il n’est pas contrariant, René, ni opposant, il est juste comme un hamster dans sa roue, et tourne en boucle sur son emploi du temps : « C’est qu’on vit à quelques kilomètres, alors je prends la voiture pour aller chercher mon journal et voir les copains. »
« Il est l’incarnation de la bonhomie, dit de lui maître Charrier. Quel gâchis que d’avoir à assister un homme de presque 66 ans, et qui ne fut condamné que l’an dernier pour la première fois. Il a gardé ses habitudes de vie. Il se lève à 4 heures du matin. A l’heure du premier café pour la plupart des gens, il est à l’heure du rosé. » C’est que René était chauffeur routier, sans difficulté sur les routes. « Vous buvez depuis quand ? – Depuis que je suis en retraite, quand je vais chercher mon journal et voir les copains. »
Quand la vice procureur s’était levée, René a tendu le cou vers l’avant, il l’écoutait attentivement. Elle acte elle aussi une vie entière de travailleur sans problème particulier, elle acte la rupture du passage à la retraite avec « un mode de vie pour passer le temps ». « L’électrochoc de la détention provisoire lui a fait comprendre sa dangerosité. » Elle requiert 15 mois de prison dont 5 mois assortis d’un sursis mis à l’épreuve de 3 ans. Les réponses de René à l’audience n’indiquent pas vraiment qu’il se sait enfin dangereux sur les routes, mais à coup sûr elles signent qu’il est bien résolu à ne pas faire de prison.
« Qu’est-ce que vous avez fait pour arrêter de boire, jusqu’ici ? – Rien. – Alors pourquoi vous dites aujourd’hui que vous allez le faire, et pourquoi on vous croirait ? – Je le jure sur la tête de mon petit-fils ! Ah ça ! J’ai compris où que je suis ! » En prison… En décembre 2017, il avait été condamné à une amende, à une suspension de permis de 8 mois, et à un stage de sensibilisation à la sécurité routière. « Ça ne vous a pas suffi ? » René pousse un soupir.
Le tribunal condamne ce grand-père bonhomme mais devenu alcoolique à 12 mois de prison intégralement assortis d’un sursis mis à l’épreuve de 2 ans, avec obligation de soins pour se sevrer. Permis annulé, interdiction de conduire tout véhicule terrestre à moteur pendant 8 mois, voiture confisquée, exécution provisoire : toutes les mesures sont effectives dès cet instant.
 « J’irai pas chercher mon journal, et je verrai pas les copains, voilà ! »
Florence Saint-Arroman

* CEA ou CEEA : conduite sous l’empire d’un état alcoolique