mardi 23 janvier 2018
Questions à...
Vincent Chauvet, maire d’Autun, a participé au colloque sur la Chine organisé au Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté. Il était en l’occurrence un des seuls Maires présents. Il s’est confié dans une interview.
> Grand Autunois-Morvan > Grand Autunois-Morvan

ANOST : Pleins feux sur la 40ème Fête de la Vielle

20/08/2017 00:10Lu 4968 foisImprimer l’article
Notre reportage au cœur de la fête.
Si Anost n’existait pas, le Morvan ne serait pas vraiment le Morvan. Si René Fortin n’y avait pas installé son activité de restauration et imposé sa gouaille, Anost n’aurait pas le cachet que la commune a aujourd’hui. Et si la Fête de la Vielle n’avait pas pris racine dans cette bourgade parmi les plus dynamiques du Morvan, alors les étés seraient sans doute plus tristes entre Autun, Château-Chinon et Saulieu.
C’est ainsi. Anost n’est pas la capitale du Morvan et pourtant l’espace d’un week-end, elle est considéré comme telle au-delà des frontières non seulement de la Bourgogne, mais aussi de celles de l’hexagone.
Car pour tout vielleux qui se respecte, venir à Anost une fois dans sa vie, c’est un peu comme aller à Lourdes pour un chrétien, aller à Taizé pour un défenseur de l’œcuménisme. Remarquez qu’à Anost, dans cette commune qui a adopté l’écrivain Didier Cornaille, le temps de la Fête de la Vielle, on fait aussi dans l’œcuménisme. La vielle côtoie la cornemuse, l’accordéon diatonique, et évidemment tous ces instruments sans qui les musiques Trad n’auraient pas l’éclat qui est le leur aujourd’hui.
Les chiffres sont là. Sans doute que tous les ans la Fête de la Vielle n’attire pas 15.000 personnes à Anost. Mais souvent on n’est pas très loin du compte. Et puis après tout, que ce soit 10.000 ou 15.000 ce qui compte ce sont les émotions partagées. Elles pourraient être au rang des plaisirs minuscules que Philippe Delerm a si brillamment ciselés qu’ils sont désormais au Panthéon de l’écriture contemporaine.
Car c’est cela Anost : Des sonorités de vielles, beaucoup. Des accords, énormément, au nom des musiques trad, et puis, et puis surtout des émotions partagées à la folie. Il fallait voir samedi après-midi les vielleux et leurs compères donner ces suppléments de vie, de joie et de bonheur à une commune et aux gens venus déguster les expressions sonores de la fête, comme on va marcher aux confins de la plage et de la mer juste pour le plaisir de voir l’eau venir caresser les chevilles.
Bien évidemment de jeudi soir à dimanche soir, comme tous les ans, la Fête de la Vielle à Anost fait beaucoup plus d’heureux que de mécontents. C’est pour cela que les premiers sont aussi fidèles et assurent la pérennité de l’événement. Vivement la 41ème édition.
Alain BOLLERY
(Photos Alain BOLLERY)