vendredi 22 février 2019
> Saône-et-Loire > Opinion

OPINION : Pour Rémy Rebeyrotte «le contraste est saisissant» entre «grand débat» et «hyperviolence»

11/02/2019 19:51Lu 507 foisImprimer l’article
Communiqué :
Le contraste est saisissant !
D’un côté, c’est le temps du Grand Débat National, partout en France : plus de 8 000 réunions, plus de 500 000 contributions, déjà plus de 300 000 participants de tout âge, de tout milieu, de toute conviction. A Etang-sur-Arroux, nos jeunes ont été formidables : les questions qu’ils ont soulevées, reprises par la presse du monde entier, étaient fortes, parfois graves, en tout cas importantes : la prise en compte de l’autisme, de la dyslexie, la lutte contre le harcèlement, les conséquences des séparations, la capacité à reprendre et à financer des études, etc. Ils ont fait bouger les lignes et les préjugés stupides portés sur la jeunesse par certains adultes. Ils ont montré qu’ils étaient passionnés par la chose publique, par la Res Publica, la République. Oui, ils veulent prendre toute leur place dans le débat et dans la Société qui se construit. Le Président, ému, a même conclu « ce soir, grâce à vous tous, je suis fier d’être le Président de la République Française ! ». Ils nous ont donné à tous de la fierté, avant d’entonner la « Marseillaise ».
De l’autre, le nouveau « samedi de l’hyperviolence » : quel contraste avec le premier mouvement protestataire de novembre qui avait sa légitimité ! Samedi, les manifestants pour toute la France n’étaient à peine plus de 50 000 soit 0,07% de la population, bien moins de deux habitants par communes françaises. Mais leur violence décuple : incendies contre les biens communs ou ceux des représentants du peuple, blessures graves liées aux conséquences de leur hyperviolence, saccages volontaires, casses du mobilier urbain, des commerces, des voitures… déchaînement de haines, de faux arguments, de justifications tordues. Rien ne peut justifier de tels défoulements, de tels agissements dans un pays où on peut parler librement, s’exprimer, voter, choisir ses représentants. Ils sont ultra minoritaires et cela justifierait leur violence ?  Certainement pas en démocratie !
Un dernier mot : la lettre ouverte, que je n’ai d’ailleurs jamais reçue mais que j’ai lu dans la presse, signée « gilets jaunes » et qui se voulait « a-politique » a finalement comme auteur le leader France Insoumise de Montceau-Les-Mines. A-politique, la France Insoumise de Mélenchon ? Tiens, tiens !
Rémy Rebeyrotte
Député de Saône-et-Loire
 
?>