lundi 11 décembre 2017
> Saône-et-Loire > SAÔNE-ET-LOIRE

L'ONCFS lutte contre le trafic de passereaux

10/10/2017 10:46Lu 1316 foisImprimer l’article
L’action de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage dans la lutte contre les trafics de passereaux.
Des affaires de trafic de petits passereaux sont régulièrement mises à jour par les agents de l’ONCFS en France dont les prérogatives de police judiciaire ont été élargies depuis 2013. Ces agents sont répartis sur l’ensemble de l’hexagone et veillent à la surveillance des territoires, ils font appliquer la réglementation en matière de police de l’environnement.
Au printemps dernier, une opération spécifique avait déjà été menée dans le service départemental de Saône et Loire, notamment sur la détention de ces espèces, ce qui avait permis d’aboutir à plusieurs procédures.
Une activité qui semble en expansion
En raison de leur plumage et de leur chant mélodieux, les espèces de Fringillidés protégées sont très convoitées et sont victimes d’un trafic juteux.  Le chardonneret élégant, petit oiseau au plumage noir et jaune vif masqué d’un rouge écarlate est particulièrement visé. Un spécimen se commercialise de 50 à 150 euros (soit 10 euros le gramme). La demande d’amateurs et de collectionneurs peu scrupuleux afflue par le biais notamment d’internet. Les oiseaux sont parfois croisés avec des canaris domestiques, afin de sélectionner au fil des reproductions les meilleurs chanteurs et les plus beaux plumages. Le prix de ces individus sélectionnés peut alors flamber.
Pour la capture, plusieurs techniques sont utilisées comme la pose de cages-pièges, de filets ou de gluaux (petites baguettes enduites de glu servant de perchoir et empêchant les oiseaux de s’envoler).
Les régions les plus touchées historiquement sont le Nord de la France et le pourtour méditerranéen mais une recrudescence est constatée et ce phénomène commence à toucher tout le pays sans être spécifique à l’Autunois. Les captures sont exercées sur des espèces qui sont déjà en fort déclin car il est estimé, à l’échelle européenne, que la population nicheuse de chardonnerets a diminuée de moitié depuis le début des années 2000 (source Muséum national d’histoire naturelle).