mercredi 12 décembre 2018
Produits du terroir, paniers gourmands, vêtements ou objets déco…

Dégustation de produits du terroir Samedi 15 Décembre de 10h à 12h et de 14h à 18h avec passage du Père Noël à partir de 15h (Magasins d’Étang/Arroux et d’Épinac)

> Sport > Sport automobile

RALLYE D’AUTUN - LA CHATAIGNE : Ces pilotes locaux qui voudront briller sur les routes du Morvan

03/08/2018 02:31Lu 5919 foisImprimer l’article

Olivier Delaporte visera la classe R3


Membre éminent d'une grande famille autunoise qui a déjà beaucoup donné au sport auto, Olivier Delaporte est à 46 ans, un pilote chevronné qui affiche un palmarès conséquent avec notamment deux victoires scratch aux Vins de Chablis et de superbes places d'honneur à la Châtaigne ; 2e en 2010 et 3e en 2016 suite à une crevaison dans la dernière spéciale et alors qu'il menait la course, sans parler d'une multitude de victoires de classe et de groupe.
Comme beaucoup de pilotes de la région, c'est en assistant tout gamin au rallye de la Châtaigne et en passant des nuits entières au Mont Beuvray que le virus est entré en lui. Depuis ses débuts au rallye de la Côte Chalonnaise en 1993, il ne l'a jamais quitté.
Cette année il participe au Clio Trophy R3 dans le cadre du championnat de France, tout en cherchant à se qualifier pour la finale de la Coupe de France des rallyes qui aura lieu en octobre à Chalon sur Saône. Avec 306 points et une actuelle 12e place au classement des pilotes bourguignons, sa qualification n'est pas encore assurée à 100 %. Avec son coefficient 4, la Châtaigne est donc pour lui un passage obligé qui lui peut rapporter gros en dépit d'une concurrence qui s'annonce musclée.
Il s'alignera derrière le volant de sa Clio Renault Groupe R3T, un bolide  de 220 CV qu'il prépare lui même. Car s'il est un pilote confirmé, il est aussi un mécanicien  au talent reconnu au point qu'il ne laisse à personne d'autre le soin de préparer la Renault. Professionnellement, il travaille au sein de l'atelier de mécanique de la ville du Creusot.
Il ne sera pas le seul Delaporte à figurer sur la liste des engagés puisque son fils Axel et sa fille Mallory ont prévu de s'élancer histoire de montrer que chez les Delaporte, bon sang ne saurait mentir et que la succession est assurée au sein de la structure de course qu'il a créé, le Creusot Sport Auto.

Yann Melocco veut assurer


Son grand-père, Pierre Melocco, fameux gardien de but dans les années 1970 à Louhans-Cuiseaux, FC Chalon et FC Autun avait pourtant montré la voie du ballon rond à ses progénitures, mais c'est bien dans la marmite du sport auto qu'elles sont tombées. Il y a eu d'abord Emmanuel son fils, puis aujourd'hui, c'est  le petit fils Yann qui à 27 ans et déjà six ann, tient le flambeau avec le soutien d'une famille tout acquise à la cause du sport auto. La preuve, c'est sa mère Anne-Florence qui à ses côtés, tiendra le rôle de navigatrice.
Comme beaucoup de pilotes de la région Bourgogne Franche Comté, Yann est la recherche de points pour gagner sa qualification à la finale de Chalon : « Actuellement j'ai 349 points et je suis 7e au classement du Comité, sachant que 21 pilotes seront sélectionnés. Mais je n'ai que quatre départs en BFC et il en faut cinq. C'est pourquoi je m'aligne à la Châtaigne avec l'objectif de finir en bonne position dans la classe N2 ». Sa Peugeot 206 RC étant en révision, c'est donc avec la Peugeot S16, voiture du  Groupe N classe 2, un petit bolide de 125 CV qu'il prendra le départ.
En vrai guerrier, Yann n'hésite pas à sortir de la région. Depuis le début de la saison il a couru au Pays de Gier, à l'Anguison, l'Ain-Jura, La Vallée du Cher et à la Ronde Luronne et il est toujours monté sur le podium de classe. Comme quoi l'auto marche bien et que le pilote est performant.
Chef de chantier dans une entreprise de travaux publics à Saulieu, Yann et sa petite famille résident à Alligny en Morvan. Pas étonnant que des trois épreuves spéciales du rallye celle reliant Chissey en Morvan à Moux a sa préférence : « L'arrivée est à cinq kilomètres de chez moi ». Autant dire qu'il jouera à domicile et ce n'est pas ses nombreux supporters qui s'en plaindront.
Un autre membre de la famille et de l'écurie D'la Jeanne, sera dans la course, son cousin Stéphane Godest qui conduira une Megane RS Groupe N4.


Vers une  participation solide


Le moins que l'on puisse dire est que la liste des engagés commence à prendre une belle épaisseur. A plus de quinze jours de la date de clôture, Leslie Bruneau, la secrétaire chargée de  tenir à jour le listing, pointait 83 équipages, toutes disciplines confondues. Pour l'heure, les têtes d'affiche sont en Moderne, le Dijonnais Etienne Bouhot qui s'alignera avec une Skoda Flavia R5 et le Lorrain Thierry Chkondaly avec une Mitsubishi R4.  En Championnat de France VHC, le plateau est dense avec l'Avignonais Christophe Guyon (R5 Turbo), le Stéphanois Maurice Perraud (Ford Escort), Pascal Eouzan (BMW M3), le Nancéen Christian Chiarravita (Ford Escort), le Dijonnais Hervé Lecuyer assisté de Clio Chambellan (Golf GTi) et le très rapide Haut-Saônois Benoît Duchène (Renault 11 Turbo).
En VHRS il y aura une grosse explication entre  trois ténors de la discipline, le Belge José Lareppe (Opel Ascona), le Monégasque Jean-Pierre Coppola (Alpine Renault 1600) et le tenant de la Coupe de France 2017, le Jurassien Patrick Petit-Prost (Ford Escort).

 
?>