Autun-infos.com > Grand Autunois-Morvan > Grand Autunois-Morvan

GRAND AUTUNOIS-MORVAN : Vent de révolte des maires ruraux contre le maire d’Autun

15/05/2019 17:07Lu 6558 fois
Dans une lettre ouverte à Rémy Rebeyrotte et Vincent Chauvet, Jean-François Aluze, maire de Broye, dénonce la décision du maire d’Autun d’accepter toutes inscriptions dans les écoles d’Autun émanant des communes rurales. Une décision qui, selon l’édile de la vallée du Mesvrin, va à l’encontre des principes mêmes de la construction intercommunale.ACTUALISE : Rémy Rebeyrotte répond à Jean-François Aluze
Lettre ouverte à Monsieur le Député et Monsieur le Maire d’Autun

Messieurs, Maire d’une petite commune rurale, je n’ai pas pour habitude de communiquer ainsi, mais à situation exceptionnelle démarche exceptionnelle.
Monsieur le Député, l’ensemble des Maires de la Communauté de Communes du Grand Autunois-Morvan a appris que le Maire d’Autun a donné consigne à ses services d’accepter systématiquement toutes les demandes d’inscriptions pour des enfants issus des communes rurales. Le Maire d’Autun a également diffusé sur les réseaux sociaux à destination de nos familles le message suivant : « A partir de septembre 2019, la Ville d’Autun accepte toutes les demandes d’inscription ou de dérogation pour les élèves résidents dans la CCGAM et souhaitant s’inscrire dans les écoles d’Autun. Vous avez jusqu’au 18 avril pour faire cette demande. Ne tardez pas ! ». Cette position, contraire a tout ce qui était en place jusqu’à présent pour préserver nos écoles rurales, est bien un pillage de nos écoles et conduira à terme à la fermeture de plusieurs classes dans nos communes, même si cela ne touche que quelques enfants. Aussi, lors du Conseil des Maires le 2 mai dernier les Maires de la CCGAM ont demandé à Monsieur le Maire d’Autun des explications sur cette décision arbitraire et sans concertation.
Nous avons eu droit à une réponse pour le moins surprenante, puisque le Maire d’Autun nous a indiqué qu’il était suffisamment responsable pour accepter nos enfants, et que cette décision lui avait été suggérée par vous-même pour « montrer aux ruraux que le Maire de la Ville Centre était le décideur et devait diriger la Communauté, que les Maires des petites communes devraient se plier à sa décision » et j’en passe. L’enregistrement de la séance est à votre disposition. C’est donc un vent de révolte qui a conclu le dernier conseil des Maires, et qui va sans aucun doute animer les suivants. Depuis 18 mois, nous sommes traités de petits chefs gaulois, nous entendons en permanence des critiques, nous serions incapables d’accepter le changement… La situation à la CCGAM est devenue délétère et invivable, ce qui nuit au bon fonctionnement de l’institution. Ces paroles ne sont plus acceptables. Du haut de sa tour, votre dauphin nous méprise. Serait on revenu au temps des romains ou l’empereur Vincent1er tance ses sujets et punit les gaulois réfractaires ? Ce que je prenais au début pour de la maladresse dans les propos serait elle finalement que manœuvre politicienne pour saper le fonctionnement mis en place depuis votre départ et prendre la place de la Présidente ? Tout cela est contraire aux intérêts de notre communauté et de tous ses habitants. Hier, le Maire d’Autun nous a adressé, via son secrétariat, une convocation (pardon une invitation) pour le rencontrer à la Mairie d’Autun pour nous expliquer sa position. Bien sur, c’est plus simple d’en imposer à un Maire de Commune rurale dans un bureau qui vous appartient, mais la politique de la CCGAM se décide en Conseil Communautaire, les yeux dans les yeux, pas dans un rapport puissant et faible.
Habitants de nos communes rurales, il y a danger sur nos écoles. Nous serons vigilants, mais nous aurons sans doute besoin de votre soutien pour nous opposer à l’hégémonie du nouveau maire d’Autun.
Monsieur le Député, vous avez construit cette Communauté, vous l’avez dirigée de très nombreuses années, vous avez été l’ardent défenseur de nos écoles. Je ne peux pas croire que maintenant que vous êtes dans les hautes sphères, vous ayez complètement oublié votre œuvre, la CCGAM, et tous les gens de nos campagnes qui ont voté pour vous.
De nombreux maires souhaitent manifester devant la Mairie d’Autun en signe de protestation, et j’y participerai. Il aurait sans doute été préférable que la situation s’apaise.
Cher Rémi, j’ai toujours été ton soutien lorsque tu dirigeais la Communauté, Cher Vincent, tu es jeune et tu as de l’ambition, tu veux aller vite, trop vite peut-être. A tous les deux, je réaffirme que les communes rurales ne sont pas contre la Ville Centre et encore moins contre son Maire. Vincent, nous te respectons, tu dois également nous respecter. C’est dans la confiance dans les autres, et dans le respect de la démocratie, que nous ferons de la CCGAM un territoire ou il fera bon vivre pour nos habitants. Je redis et réaffirme que la force de la ville d’Autun est le dynamisme des Communes rurales, et inversement le dynamisme d’Autun profitera à nos communes. Nos destins sont liés. J’ai la conviction, et je l’ai encore rappelé récemment à la Présidente Marie-Claude BARNAY à laquelle j’accorde toute ma confiance, que la Communauté de Communes du Grand Autunois-Morvan doit maintenant impérativement concentrer tous ses moyens sur le développement économique pour que notre territoire progresse, enfin, et non sur des équipements collectifs coûteux que nous n’avons pas les moyens de faire vivre.
Le slogan de la CCGAM c’est VILLE OU CAMPAGNE LES DEUX C’EST MIEUX. Je veux encore y croire.
Bien respectueusement.
Jean-François ALUZE
Maire de BROYE


Cher Jean-François,
Je connais ton implication au sein de ta commune et de l’intercommunalité, au service des habitants de notre territoire.
Suite à ta lettre ouverte, je ne peux que répondre ce que j’ai écrit dans un message Facebook le 23 avril dernier :
« La présidence actuelle de la Communauté de Communes du Grand Autunois Morvan (CCGAM) oppose urbain et rural. C’est une erreur profonde de mettre dos à dos l’un et l’autre. La recherche de l’unité a fait notre force depuis 2000 faisant progresser toujours notre intercommunalité. « Ville ou Campagne ? Les deux c’est mieux ! », ce n’est pas qu’un slogan, c’est une ligne de conduite, la recherche d’une nécessaire unité, d’un mode de développement, de projets communs. L’unité a un corollaire : elle veut dire clairement que nous avons besoin de chacun d’entre nous pour réussir et faire réussir notre Grand Autunois Morvan. C’est à ce sursaut et à la construction de ce projet collectif que nous devons concentrer toutes nos ardeurs. »
J’alertais et je regrettais cette situation inédite de tension entre les communes rurales et la Ville-centre d’Autun, et je continue à souhaiter que la Présidence de la Communauté de Communes prenne rapidement les décisions nécessaires pour rétablir la confiance entre urbain et rural. Il faut prendre conscience que personne n’a à gagner à cette situation, ni d’un côté, ni de l’autre.
Rémy Rebeyrotte, Député de Saône et Loire et ancien Président de la CCGAM.