Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE
15/05/2024 03:18
5898 lectures

EDITO : Eh bien oui, les narcotrafiquants sont prêts à tout

C’est la jour de présentation de la commission d’enquête sur le narcotrafic que des employés pénitentiaires ont été tués. Cruelle et terrible juxtaposition.
Il faut avoir subi des menaces de mort, il faut avoir reçu des coups de téléphone menaçants, il faut avoir entendu proférer de possibles menaces sur ses enfants, il faut juste comptabiliser, au fil des semaines le nombre de jeunes dealers ou trafiquants qui tombent sous les balles.
Ce n’est plus qu’à Marseille. C’est partout. Celles et ceux qui s’intéressent de trop près aux trafiquants de drogue, qui peuvent mettre en péril leur juteux revenus qui leur permettent de se pavaner dans les cités balnéaires ou dans les villes, avec de grosses cylindrées, le regard arrogant, peuvent tous en témoigner. Le milieu de la drogue, le milieu du narcotrafic n’est pas un monde de bisounours.
Mardi matin, l’actualité s’est télescopée. C’est en effet le matin même de la présente des conclusions de la commission sénatoriale sur le narcotrafic, qu’un véhicule de la pénitentiaire a été pris pour cible dans l’Eure, faisant deux morts et des blessés graves.
On peut toujours ironiser sur le travail de la pénitentiaire. Oui on peut. Mais les gardiens de prison, les employés de la pénitentiaire sont les gardiens de notre démocratie et de notre République. Ils connaissent et vivent l’univers carcéral. Selon l’expression, il en faut une bonne paire pour être chaque jour de travail face à des délinquants, face à des trafiquants. Il en faut une paire pour reprendre sa voiture, sans savoir si le chemin du retour se passera bien. Il faut du courage à ces femmes qui choisissent d’aller travailler dans les prisons pour femmes.
Ces travailleuses et ces travailleurs de l’ombre méritent notre respect. Il font le sale boulot pour que notre société, ou plutôt notre nation, vive mieux ou moins mal, ce qui revient au même.
Ce qui est arrivé dans l’Eure donne donc encore plus de poids au travail d’enquête de la commission sénatoriale sur le narcotrafic. Mais ses membres se seraient bien passés de cette terrible collision de l’actualité. Et collectivement nous devons tous penser aux familles des victimes.
Alain BOLLERY