Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE
25/02/2024 03:16
64076 lectures

Frédéric Brochot : «Le premier responsable du mépris des agriculteurs, c’est Michel Edouard Leclerc»

Vice-président du conseil départemental en charge de l’agriculture, Frédéric Brochot était, samedi, à l’ouverture du salon international de l’agriculture, à la porte de Versailles à Paris. Dans une interviewn il ne mâche pas ses mots. Avec une invitation lancée au Ministre de l’agriculture, Marc Fesneau, à venir à Autun.

Pourquoi le conseil départemental de Saône et Loire tient-il à être présent au salon international de l’agriculture ?
FREDERIC BROCHOT : «Pour notre département il s’agit déjà de mettre en valeur nos agriculteurs et leurs productions. C’est très important de montrer les réalités agricoles, mais aussi touristiques de la Saône et Loire. Il faut savoir mettre en relief que notre département est une terre de productions de grande qualité.
Il est important de souligner que la Saône et Loire est le seul, des huit départementaux de Bourgogne – Franche-Comté, à avoir son propre stand. Notre espace est d’ailleurs plus grand que l’année dernière. C’est un choix. Nous sommes fiers de nos agriculteurs, de leurs productions de très grande qualité et comme notre patrimoine est magnifique, c’est une belle invitation qui est lancée aux visiteurs du salon».
 
Cette 60ème édition se tient sur fond de crise…
…«Oui c’est un fait. Mais le vrai lieu, c’est sur le terrain qu’il faut être, ou aller… Pour bien comprendre l’agriculture, c’est sur le terrain qu’il faut se rendre. C’est pour cela que nous invitons les visiteurs du salon à venir. Pour moi, plus que jamais, la place du Ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, est sur le terrain. Je lui lance une invitation. Je suis prêt à l’accueillir sur ma ferme. Pour qu’il se rende compte vraiment de ce que les agriculteurs vivent. Il pourra mesurer que le nombre d’heures à travailler, pour nous, ce n’est pas le problème, car les agriculteurs sont des gens courageux. Il comprendra vite que le problème c’est le revenu, la juste rémunération de leur travail.
Les agriculteurs ont besoin de considération. Comment comprendre que quelqu’un, sans doute un conseiller, dont j’espère qu’il est déjà viré, a pu inviter les Soulèvements de la Terre. Des gens qui étaient prêts à tuer les forces de l’ordre, capables et donc coupables de faits de grande violence. On ne peut pas, on ne doit pas dialoguer avec ces gens-là. Ce n’est pas négociable !»
 
Qu’attendez-vous aujourd’hui ?
«Il faut respecter les agriculteurs. Les politique, les médias… Il faut arrêter de les mépriser. Ils ne veulent pas des subventions, ils veulent des revenus. La loi EGALIM, personnellement je n’y ai pas cru. Regardez Michel Edouard Leclerc… Voilà quelqu’un qui se dit proche des agriculteurs et du pouvoir d’achat. Il devrait être condamné pour avoir recours à des centrales d’achats ailleurs, dans d’autres pays, pour contourner la loi française. Je l’affirmer avec force, le premier responsable du mépris des agriculteurs, c’est Michel Edouard Leclerc. Quand je dis cela, je ne mets pas tout le monde dans le même sac.

Enfin je veux conclure sur quelque chose qui n’est pas un détail. Mercredi, la Région Bourgogne – Franche-Comté va inaugurer son stand sans discours. C’est du jamais vu ! Mais c’est bien malheureusement le symbole du mépris que la Région a eu pour nos agriculteurs, avec notamment le traitement des subventions. Alors que la Région devrait être au plus près de ses agriculteurs, elle ne l’est malheureusement pas».
Recueilli par Alain BOLLERY