> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE
28/03/2024 17:10
12556 lectures

Lycée du Velet : Le vœu de Gauche 71, amendé par la Majorité, va être envoyé au Président de la Réplique venu il y a 5 ans dans ce lycée à Etang

Les élus ont trouvé une position unanime, malgré quelques appréciations un peu différentes... ACTUALISE
Il y a des sujets qui peuvent faire consensus. La décision de fermeture du Lycée Forestierdu Velet, à Etang sur Arroux, en fait partie. Le voue présenté par Gauche 71, par la voix de Nadège Cantier, et qui en commission avait été amendé par la majorité, a donc été voté à l’unanimité. «Ce qui compte c’est qu’on soit arrivé à un consensus, sur le contenu de ce vœu», a expliqué l’élue du canton de Creusot 1.
Ce vœu va être évidemment adressé à la Région, à l’Etat, mais aussi du Président de la République. Il était venu, pendant le grand débat, dans ce lycée et rencontrer les jeunes à Etang sur Arroux. C’était le 7 février 2019. Nous le rappelons, même s’il n’en n’a pas été fait mention ce jeudi  l’assemblée départementale.

Marie-Claude Barnay
«Je remercie l’ensemble des élus départementaux. 100% au bac ont obtenu leur diplôme. 35 familles sont venus visiter le lycée. Sur la commune ce sont 650 élèves qui fréquentent la commune. Il est important de maintenir cet établissement très stratégique.
La quasi-totalité des élèves viennent par le train. J’espère que la Région qui a indiqué qu’elle ne souhaite pas faire d’investissements massifs, pour cet établissement qui date de 30 ans.
Nos habitants ont besoin d’une qualité de service public en proximité. Après la fermeture de Mardor et la fermeture de la Maternité depuis plus d’un an, on a l’impression que le territoire de l’Autunois Morvan est délaissé».

André Accary
«C’est un vrai problème de stratégie».

Jean-Luc Fonteray
«Une décision de fermeture d’établissement scolaire se prend par l’Etat et ses administrations. Et quand c’est une telle décision, cela se prend au regard des effectifs. Il faut bien reconnaitre qu’il faut que les effectifs soient confortés. Cela veut dire que la réflexion sur les filières n’a pas été suffisamment considérée».

André Accary
«Je suis opposé à ce que vous voulez dire. Pendant des années il a été expliqué que les effectifs baissaient et que l’on allait fermer.
Je prends un exemple simple. Si j’avais écouté certaines personnes j’aurai fermé le collège que l’on va reconstruire. On nous disait effectifs en baisse. J’ai demandé études et j’ai vu qu’il y avait une stabilité. Nous on n’a pas découragé les familles de venir s’inscrire. A vous écouter c’est comme l’aéroport, ça ne vit pas bien, ça va fermer.
Je suis contre cette façon de faire.
Il y aurait eu un discours différents et des travaux depuis des années, on n’en serait pas là. Si on avait dit on va maintenir, on n’en serait pas là».

Frédéric Brochot
«Cela fait quelques années que la région nous avait lancé cette petite musique. Il faut que l’on soit vigilant sur la fermeture de Charolles.
Les effectifs sur Velet sont stables. Mais ils avaient la volonté de faire avaler la couleuvre. Quand il faut des travaux on les fait. La Région se désengage et où arrive à la fermeture d’un lycée. Il y a une économie du bois qui est importante. Il y a l’EPIDE qui est à côté. On est dans le mur».

Pierre Berthier
«Pour l’internat du lycée Wittmer, la commisssion de sécurité met un avis défavorable. On met les élèves dans l’internat dans le lycée agricole. Je m’interroge sur la volonté de la région sur les deux lycées. C’est inadmissible de la part de la région.

Evelyne Couillerot
« Je n’ai pas d’état d’âge pour dire que ce soit au niveau de nos écoles, de nos collèges, des lycées, de qui relève les compétences. La partie entretien relève des collectivités. Il faut des volontés partagées pour que ça fonctionné. C’est la réalité de la volonté partagée qui n’existe. Il faut que tout le monde travaille pour trouver une sortie favorable».

Alain BOLLERY 
(Photo d'archive Alain BOLLERY)

Le voeu (nouvelle version)
L’annonce d’une fermeture du lycée de la nature et de la forêt de Velet a provoqué une large mobilisation de la part des élus et des enseignants qui dénoncent ce nouvel exemple de recul des services publics en milieu rural.
Le département de Saône-et-Loire a relayé cette inquiétude dès le mois de juin 2022 par un vœu adopté à l’unanimité en Assemblée départementale, adressé à la Région Bourgogne France Comté, puis une question d’actualité posée en décembre dernier lors de la présentation du rapport d’activités du préfet.
Cette fermeture, envisagée pour 2025, est le résultat d’une inaction de l’état et d’une réflexion menée par la Région Bourgogne Franche Comté qui envisage une délocalisation de ce lycée.
Pour les élus départementaux, cette annonce est un nouveau coup dur porté aux territoires ruraux, en particulier de l’Autunois-Morvan.
Le transfert annoncé de cette formation intervient sur un territoire déjà largement éprouvé par le retrait des services publics et vient renforcer le sentiment légitime d’abandon des pouvoirs publics.
L’émotion est très vive parmi les élus, les enseignants et la population du secteur puisque cette décision, si elle se confirmait de la part de l’état et de la Région, aurait des conséquences très précises :
·      Cette délocalisation générerait une perte de 44 emplois sur site ;
·      Cette délocalisation aurait des conséquences irréversibles sur l’économie locale et l’attractivité du secteur ;
·      Cette délocalisation semble par ailleurs ignorer la présence de l’EPIDE qui accueille 60 jeunes en réinsertion, structure qui partage les locaux du lycée.
Enfin, ce lycée dispose d’un emplacement stratégique, cohérent, dans le Morvan, à proximité d’un massif forestier important.
Nous, conseillers départementaux, réunis en Assemblée départementale ce jeudi 28 mars 2024, demandons à l’état et à la Région Bourgogne Franche Comté de revoir leur position, de garantir et pérenniser l’avenir du lycée de Velet à Etang sur Arroux.
Une copie de ce vœu sera transmise au Président de la République, au Premier Ministre, au Ministre de l’Agriculture, aux parlementaires de Saône-et-Loire, aux élus régionaux, aux élus de la CCGAM et au Maire et conseillers municipaux d’Etang-sur-Arroux..