> SAONE-ET-LOIRE > Saône-et-Loire
28/03/2024 12:30
10280 lectures

Dominique Lotte : «Ce que les habitants nous demandent c’est des médecins et des consultations, pas les préconisations de la chambre des comptes»

Le vice-président du conseil départemental de santé a eu un gros coup de sang, avec de la colère dans la voix, en réaction aux propos et aux demandes de Jean-Luc Fonteray au nom du groupe Gauche 71.  André Accary a annoncé l'arrivée plus que probable d'une «1ère année de médecins», en Saône et Loire, à la prochaine rentrée.
Le centre départemental de santé était à l’ordre du jour ce jeudi au conseil départemental, de Saône et Loire, avec la présentation du rapport du rapport de la chambre régionale des comptes, dont on peut retenir qu’il recommande la mise en place d’une comptabilité analytique, pour mieux cerner les dépenses autant que les rentrées.
Jean-Luc Fonteray a pris la parole au nom du groupe Gauche 71 pour formuler un certain nombre de souhaits et de demandes chiffrées.
André Accary a d'abord rappelé que c'est lui qui avait souhaité un rapport de la Chambre Régionale des Comptes, pour pouvoir optimiser le centre départemental de santé.
L'intervention de Jean-Luc Fonteray a fait bondir Dominique Lotte, visiblement très colère, qui a monté d’un ton en rappelant la réalité vécue par tous les élus avec les habitants qui leur demandent des médecins. Ambiance, ambiance…


Jean-Luc Fonteray
«Comme le prévoit la loi,  vous nous présentez  les actions entreprises à la suite des observations et analyses de la Chambre régionale des comptes (CRC). CRC que vous avez qualifiée en AD de décembre comme le « dernier de juge de paix », nous en sommes d’accord.
Nous avons toujours soutenu les décisions concernant le centre de santé départemental. Nous le soutenons car c’est un outil pertinent pour répondre aux besoins de la population. Cette opinion est partagée par les collectivités locales qui sont partie prenante de leur développement. Nous le soutenons enfin car aucune autre alternative nationale ne permet de garantir l’accès aux soins de nos concitoyens.
Nous l’avons formulé à maintes reprises, ce soutien ne peut et doit pas exclure la transparence sur les indicateurs de gestion, indicateurs qui doivent en refléter la montée en charge, le degré de réponse aux besoins de la population, les coûts, la complémentarité avec la pratique libérale …
Le rapport de la CRC a pointé des éléments de fragilité que l’on ne peut ignorer, sous peine de voir cet outil de nos territoires menacé.
A ce titre, la mise en place d’une comptabilité analytique et d’indicateurs constitue un moyen d’analyser et d’optimiser le fonctionnement du centre de santé, tout en apportant toute transparence sur le fonctionnement des centres et de leurs antennes. Ce n’est qu’au prix de cette transparence que la légitimité du centre de santé sera confortée. Cette demande, la CRC l’a faite, notre groupe d’opposition également.
Or, au bout d’un an, vous vous limitez à indiquer que le Département a « enclenché la construction d’une comptabilité analytique ». En termes de suivi des préconisations, avouez que nous restons sur notre faim. Rien n’est indiqué sur les critères, les outils que vous auriez déjà dû mettre en place. Nous vous avons déjà posé ces questions en commissions et lors d’instances précédentes. En l’absence de réponses, nous les réitérons :
  • Quel est le coût unitaire d’une consultation au CSD en 2023 ?
  • Quelle est la part contributive moyenne du département sur ce coût unitaire ?
  • Quel est le nombre quotidien de consultations par médecin sachant que l’objectif initial que vous vous étiez fixés était de 17,1 ?
  • Quelle est la part d’activité réelle du CSD sur les missions internes du Département ?
  • Quel est le délai moyen d’obtention d’un RV pour une consultation hors urgence ?
  • Quel est le nombre de personnes sollicitant le CDS et ne pouvant être prises en charge ce qui permet de jauger la carence de soins qui subsiste ?
Tous ces indicateurs incontournables, évoqués dans le rapport de la CRC doivent résulter d’une comptabilité analytique et de la construction d’un pilotage affirmé et territorialisé.  
Le centre de santé apporte sur les territoires un vrai service à la population. Son fonctionnement montre des fragilités que seule une analyse objective permettra d’anticiper et de surmonter. C’est la meilleure façon de le renforcer»

André Accary
«Je suis toujours embarrassé, quand vous parlez de transparence, sur tous les sujets, car on l’a souhaitée. A moins que vous mettiez en cause la pertinence et l’honnêteté des magistrats de la Chambre Régionale des comptes. Oui j’ai souhaité ce regard extérieur. Un regard et qui propose des lignes de conduite. Cela a été le sens de notre démarché. Oui nous avons eu des soucis informatiques, mais cela a été compliqué avec pourtant la meilleure entreprise. Oui il y a des choses à améliorer. A moins de remettre au cause la CRC. Les recommandations sont du détail. Le fondement n’a pas été remis en doute. Oui ce n’était pas notre mission. Je ne sais pas si vous allez oser demander à votre médecin, ce que vous me demandez, à savoir combien dure ses consultations. Je vous rappelle que 40% des patients sont des cas lourds. Oui je veux bien des chiffres, mais on est sur de l’humain. Les médecins ont récupéré des personnes sur des cas lourds qui demandent du temps.
Concernant les listes d’attente, c’est très difficile à mesurer.
D’après les témoignages des élus de la région de Louhans, c’est mieux qu’avant. C’était le cas dans le Chalonnais, mais ça se dégrade. Dégradation des délais sur le secteur de Digoin, avec deux départs. C’est à chaque fois 1500 à 2000 patients ; On continue de faire tout ce que l’on peut pour favoriser l’installation de médecins libéraux, pour l’attractivité, on va continuer à investir sur le recrutement des médecins.
On travaille pour accueillir des étudiants en médecine, pour faire leur Fac en Saône et Loire, avec des liens avec la Fac de Médecine de Dijon. Comme ceux qui doivent le faire ne le font pas, on est bien obligé de le faire.
Créer des liens avec des jeunes, c’est de l’investissement. J’espère un accord avant l’été, pour que l’on ait la 1ère année de médecine en Saône et Loire.
La seule question que je me pose, c’est de savoir si les habitants auront plus de facilité d’accès pour un médecin»

Jean-Luc Fonteray
«Vous avez fait une insinuation sur mon ressenti. J’ai indiqué que vous aviez parlé de juge de paix et nous le partageons. Nous au contraire de certains élus qui ont été sénateurs on n’a pas souhaité la suppression de la Chambre Régionale des Comptes. C’est en s’appuyant sur les chiffres que l’on confortera la structure.

Dominique Lotte
«Je veux bien que l’on soit sur une mécanique systématique organisée. Oui la comptabilité analytique c’est majeur. Mais je voudrai que l’on passe au dessus. Vous êtes des élus.  L’enjeu c’est la situation d’une partie de nos habitants. Les gens qui viennent me voir le mercredi après-midi à la mairie de Gueugnon. Ils ne demandent pas les résultats de la chambre des comptes, ce qu’ils demandent c’est quand est-ce que je vais avoir une visite. Monsieur le Maire débrouillez vous, faites ce qu’il faut trouvez un médecin, trouvez un cardio. Ce n’est pas de savoir si la Chambre Régionale des Comptes donne des bons résultats. Je veux bien qu’on sache combien un médecin passe sur une visite. On met des moyens pour trouver des solutions, c’est ce que l’on attend de nous. Derrière soyons encore plus volontaires pour trouver des médecins».

Jean-Luc Fonteray
«C’est pour cela qu’il faut soutenir le centre de santé»

André Accary
«Merci de le dire, cela n’a pas toujours été le cas»

Alain BOLLERY