Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
> SAONE-ET-LOIRE > Saône-et-Loire
25/04/2024 12:25
12971 lectures

SAONE ET LOIRE : Gilles Platret réduit les horaires des épiceries de nuit, à Chalon sur Saône, pour la tranquillité des riverains

Les horaires de la vente d'alcool sont eux raccourcis.
Communiqué :
Gilles Platret, Maire de Chalon-sur-Saône, a signé ce mercredi 24 avril un arrêté portant sur la restriction des heures d’ouverture des commerces de type « épiceries de nuit » proposant à la vente des aliments et des boissons, notamment alcoolisées.
 
À partir du jeudi 25  avril et jusqu’au 1er septembre 2024 dans un premier temps, les commerces de type « épiceries de nuit » devront fermer leurs portes entre 22h30 et 6h ; la vente d’alcool à emporter sera quant à elle interdite dès 21h30.  
 
Cet arrêté porte sur un périmètre précis englobant 51 rues de la commune. Il vient compléter les mesures prises par la Ville de Chalon afin d’assurer la tranquillité et la sécurité des Chalonnais.
 
Interrogé sur ses motivations, Gilles Platret explique : « Je respecte bien évidemment la liberté de commerce. Néanmoins, la première des libertés est celle de pouvoir vivre dans un environnement calme, apaisé et sécurisé. De nombreux riverains se sont plaints. Je suis malheureusement au regret de constater que les activités des commerces de type « épiceries de nuit » génèrent des nuisances importantes causées par les regroupements de personnes bruyantes, parfois alcoolisées, auteurs de fortes nuisances jusque tard dans la nuit et présentant des comportements délictueux comme des tapages, des situations agressives vis-à-vis des passants ou des riverains, ou des dépôts de détritus sur la voie publique.
 
Mon rôle, en tant que maire, est de tout mettre en œuvre pour préserver la tranquillité et la sécurité des Chalonnais. Je m’y suis engagé devant eux et ils m’ont donné mandat pour ça. Je prendrai donc toutes les mesures nécessaires pour préserver ces droits fondamentaux que les habitants de Chalon sont en droit d’attendre. »