Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
> Vie locale > Saison culturelle
10/04/2024 03:17
4894 lectures

AUTUN : L'UCPA est venu présenter son projet de Wellness sport camping aux élus

Ce lundi soir, lors du conseil municipal d'Autun, deux représentants de l'association UCPA sont venus présenter leur projet de Wellness sport camping, en préambule du conseil municipal.
Le groupe associatif fort d'une expérience de bientôt 60 ans, a été fondé pour encadrer, redynamiser les activités sportives auprès des jeunes. Aujourd'hui l'association est autonome et cherche toujours à répondre aux besoins des usagers.
Elle produit un chiffre d'affaires annuel de 300 millions d'euros : deux tiers sur le métier vacances et un tiers sur le métier loisirs (sans hébergement).

La marque Wellness sport camping est portée par le groupe associatif. Elle s'articule autour du sport, du bien-être et de l'animation. L'objectif est de développer une destination sportive où se retrouver en famille, pour accueillir des séjours enfants, familles ou pour les clubs sportifs.
 
 
Le projet du camping à Autun
Le projet de camping d'Autun s'articule autour de trois axes :
–      du concept nature : ouverture sur le territoire, favoriser les activités de pleine nature, créer des partenariats avec le golf et centre aquatique,
–      le bien-être : mobilité douce, activités douces et connexion avec la nature (yoga, fitness, sophrologie, réveil musculaire) et randonnées avec le parc naturel du Morvan
–      des animations : ateliers ludiques pour les enfants, concerts, soirées animées, randonnées en groupe, parcours de visite (ouverture sur le territoire).
 
L'UCPA annonce entre 3,5 millions et 4 millions d'euros d'investissements pour le projet pour une durée de 15 à 20 ans minimum.
Vincent Chauvet s'est dit très honoré que les investissements réalisés par la Ville ait été reconnue.
« On est sur des chalets en terme d'hébergements avec quelques emplacements nus, avec des espaces de restauration » a ajouté le Maire, avant de poursuivre sur le fait que c'est un véritable état d'esprit.
C'est un projet s'équilibrant entre une commercialisation centrale (dans les catalogues) et comme une animation locale selon l'UCPA et pour répondre aux questions des élus. L'association propose donc une solution hybride : lieu d'accueil et d'animation pour le local.
Il y a jusqu'à 12 000 salariés au sein de l'UCPA. L'association assure des formations de ses salariés et notamment en local, ont précisé ses deux représentants. Une étude de faisabilité sera lancée pour étudier plus précisément les coûts et contraintes du projet. L'étude de faisabilité devrait être rendue aux élus début juin.
En outre, le projet pourrait accueillir entre 200 et 300 personnes.
 
Les échanges avec les élus
Frédéric Brochot
« Pour l'équilibre financier, vous attendez quelque chose de la collectivité ou vous utilisez déjà les équipements de la Ville d'Autun et les différentes collectivités ? Savoir si vous attendez un rendu en plus de la part de la collectivité, ou vous vous installez avec vos propres moyens ? Vous devez sûrement chiffrer un peu. Deuxième question : est-ce que vous avez marqué un lien avec le camping existant ou vous partez de votre côté ? »
Vincent Chauvet a indiqué qu'il pourrait s'agir d'un bail, d'une location, d'une cession. La collectivité Ville pourrait aller jusqu'à la viabilisation du terrain.
 
L'UCPA
 
« On n'a pas besoin de demander d'équipements sportifs complémentaires. L'objectif est de s'appuyer sur la richesse des équipements existants. On n'a pas vocation à tout prendre. On va juste construire, affiner le modèle. C'est bien la sécurisation de notre modèle qui est la clé ».
Vincent Chauvet a ajouté que l'étude veillera à identifier les éléments techniques et économiques. Il a poursuivi que le projet n'a pas vocation à rémunérer des actionnaires, ni à faire de bénéfices. C'est une association à but non lucratif.
L'UCPA a aujourd'hui un partenariat avec la banque européenne, travaille aussi sur la transition écologique. Ses représentants rappellent que le groupe est désintéressé. Tous les fonds sont réinjectés dans l'association.
Michaël Guijo a demandé des éclaircissements sur la forme juridique du projet et la localisation du projet.
Vincent Chauvet a rappelé que le bail emphytéotique pourrait être retenu au minimum pour un projet de 15-20 ans.
Cette durée représente la durée d'amortissement du projet. Pour l'instant, rien n'est arrêté.
La localisation pourrait être à proximité du centre équestre, au bout de la piste VTT. La Ville regarde aussi des études en terme d'investissements pour l'assainissement qui pourrait valoir le coût d'être mis en place selon le Maire de la Ville.
Il n'y a par ailleurs pas de sensibilités archéologiques sur le site.
La fin du projet est envisagée autour de 2-3 ans au minimum. Il y aura deux niveaux de commercialisation : juillet/août pour le central et tout le reste en local.
Suite du dossier en juin prochain !
 
Émilie Mondoloni