Recherche
Pour nous joindre
bastien.migault@sfr.fr
SMS au 06.01.02.32.98
> Vie locale > Vie locale
23/09/2021 18:15
3518 lectures

AUTUN : Jean Castex s'est rendu à la Maison Saint-Antoine

Le Premier Ministre a visité l'EHPAD autunois en cours de rénovation pour mieux prendre en charge les résidents et leurs pathologies.
C’est dans un établissement en chantier que le Premier Ministre Jean Castex, le Ministre de la Santé, Olivier Véran, et Brigitte Bourguignon, ministre déléguée chargée de l’autonomie se sont rendus ce jeudi en fin de matinée. Et s’il reste encore de nombreux mois de travaux pour clore le chantier de restructuration de la maison Saint-Antoine, le chef du gouvernement et ses deux ministres ont pu mesuré l’importance pour des personnes âgées dépendantes de vieillir dans des lieux adaptés. C’es d’ailleurs toute la réflexion menée par le gouvernement dans un des volets du Ségur de la Santé.

« Si on va dans une institution, il faut y avoir de la place et y vivre dignement », résume le Premier Ministre, constatant que les résidents d’EHPAD sont des personnes de plus en plus dépendantes. Ce qui pose la nécessaire adaptation des structures d’accueil, à l’image des travaux menés à la Maison Saint-Antoine, puisque qu’outre la rénovation des chambres, le chantier prévoit la réalisation d’un Pôle d'Activités et de Soins Adaptés. Ce (PASA) permet d’accueillir, dans la journée, les résidents de l’EHPAD ayant des troubles du comportement modérés, dans le but de leur proposer des activités sociales et thérapeutiques, individuelles ou collectives, afin de maintenir ou de réhabiliter leurs capacités fonctionnelles, leurs fonctions cognitives, sensorielles et leurs liens sociaux.
Sur les deux salles qui font office PASA, Jean Castex, Olivier Véran et Brigitte Bourguigno ont pou échanger et même « jouer » avec les résidents, provoquant beaucoup de bonne humeur dans les salles.
De la même manière, les travaux de l’EHPAD Saint-Antoine a permis la création d’une Unité de Vie Protégé, pour les personnes âgées les plus dépendantes. Un lieu de vie bercé de lumière et conçu spécifiquement pour les  personnes qu’elle accueille. D’ailleurs, l’un des pensionnaires a pu dire à Jean Castex qu’il appréciait la réalisation. « On s’occupe très bien de nous. Ca fait plaisir. Tout le monde est aux petits soins », insiste le résident.

Le personnel, clé de voute des EHPAD


Mais aucun établissement, aussi beau, moderne et fonctionnel soit-il, ne serait utile s’il n’y avait pas de personnel qualifié à mettre dedans. Et c’est d’ailleurs pour cela que le Premier Ministre et ses deux ministres ont tenu à rencontrer le personnel. Des cuisiniers en passant par les soignants, qu’ils ont d’ailleurs vu en aparté.
Il a été bien évidemment question de la Covid. Et Sabrina Ardelean, la directrice de la Maison Saint-Antoine d’annoncer que son établissement n’avait recensé aucun cas « au prix d’une mobilisation très importante de tous les membres de l’équipe, y compris dans leur vie personnel ». En terme de vaccination, la directrice a indiqué que 95% des résidents étaient vaccinés. « Seuls deux résidents sur 48 ont catégoriquement refusé de le faire. Nous avons fait les troisièmes injections ce lundi », note-t-elle. Et de poursuivre : « Pour le personnel, 100 % est vacciné ». De quoi réjouir Jean Castex de voir que le message est bien passé.
Le Premier Ministre a ensuite évoqué la difficulté à pouvoir les postes ouvertes. Et d’interroger spécifiquement les infirmières sur ce qu’il faudrait faire pour attirer ce personnel. «  Ce sont des métiers porteurs de sens. Il faut les valoriser dans la société et dans l’entreprise », répond Sabrina Ardelean, expliquant qu’à la Maison Saint-Antoine les infirmières avaient des responsabilités autres que les simples soins. Pour sa part, Olivier Veran a réaffirmé son souhait de voir la formation des soignants évoluer, notamment en promouvant l’alternance. « Je souhaite que les aides soignantes qui veulent devenir infirmière puisse le faire sans s’arrêter deux ou trois ans pour le temps de la formation. Il faut qu’elle apprenne au contact de leurs collègues », assure le Ministre de la Santé. Une proposition qui a reçu l’assentiment d’un membre du personnel soignant : « Je vous confirme que quand on est maman, c’est très difficile de vivre quand on est en formation avec 600 euros ».
Bastien MIGAULT