Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
> Vie locale > Vie locale
01/06/2024 03:16
3809 lectures

Maternité d’Autun : «on n’arrête pas le progrès…» réagit Rémy Rebeyrotte

Communiqué
Maternité d’Autun : on n’arrête pas le progrès…
Le 24 avril, Monsieur Coiplet, Directeur de l’ARS, venait au Creusot en catimini. Là, dans une vidéo à Creusot-Infos, il confirmait la « fermeture » de la maternité d’Autun, ce qui bien sûr n’était pas sans conséquence juridique et judiciaire en cas de mauvaise prise en charge d’une parturiente de l’Autunois-Morvan (rupture ou renoncement à l’obligation de moyens).
Je lui avais rappelé publiquement ses responsabilités. J’avais aussi souligné qu’une fois de plus, il venait annoncer des mauvaises nouvelles au personnel de l’hôpital d’Autun, mais depuis Le Creusot et par l’intermédiaire d’un média, même méthode que celle utilisée pour annoncer la suspension de la maternité en 2023. Courage, fuyons ! Aucun respect des personnels et des acteurs de terrain de l’hôpital d’Autun ! Aucun rapport humain pour le « Big Brother » de l’ARS.
Et bien ! Miracle… Dans un mail du 23 mai, le Directeur Territorial de Saône-et-Loire de l’ARS, Monsieur Laperteaux, contredit son patron et affirme « que l’autorisation de soins de gynécologie-obstétrique du Centre Hospitalier d’Autun n’a pas été retirée. En effet, la maternité reste suspendue ». Tiens, comme par hasard !
Bonne nouvelle : la maternité d’Autun figure donc toujours dans le projet de santé de l’Hôpital. En tout cas, le travail continue pour sortir d’une situation qui ne peut rester en l’état vu les distances et les risques, désormais reconnus, liés à l’isolement des familles du Morvan. La réalité d’aujourd’hui, préjudiciable et potentiellement dangereuse, ne peut être définitive.
Rien n’est inéluctable. Les exemples récents nous montrent que l’Etat a su revenir sur des fermetures de service, même s’il a fallu dix ans pour convaincre. Bref, le combat continue au côté des Maires et Elus locaux qui n’ont heureusement jamais désarmés, ni pour leur territoire, ni pour leurs habitants !
Rémy Rebeyrotte
Député de Saône-et-Loire