Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
> Vie locale > Vie locale
09/02/2023 03:17
4298 lectures

MATERNITE D'AUTUN : Rémy Rebeyrotte dénonce un plan B comme «bidon»

Il réclame un plan R comme «Reprise d'activité»

Un plan B comme Bidon


Nos éminences dijono-chalonnaises sont décidément impayables.
Mais, pour rappeler la formule d’Abraham Lincoln : «  Si on peut tromper une fois mille personnes, on ne peut pas tromper mille fois mille personnes » !
Je veux ici me faire l’écho des collègues, Elus de la Nièvre, vendredi dernier à l’Agence Régionale de Santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté.
Le Département de la Nièvre n’est pas un département comme les autres : il a déjà expérimenté les fameux « plans B » de l’ARS Bourgogne-Franche-Comté.
Suite à la fermeture de la maternité de Cosne-sur-Loire, a été créé un Centre Périnatal de Proximité (CPP)... qui a  ouvert au bout d’un an et qui a fermé… au bout de trois ans, en mars 2022, après seulement deux ans d’existence, faute de sages-femmes, alors qu’on les annonçait en grand nombre. Mais elles ne furent pas au rendez-vous.
De la même manière, la même ARS leur avait annoncé un SMUR Départemental pour prendre en charge les urgences qui … lui aussi a fermé au bout de cinq ans.
Dans la Nièvre, ils savent donc parfaitement ce que valent les "plans B" de l’ARS Bourgogne-Franche-Comté.
Par ailleurs, je me suis battu pour l’hélicoptère sanitaire en Saône-et-Loire, comme Maire d’Autun et Président de la Communauté de Communes du Grand Autunois Morvan (CCGAM). Mais, dans mon esprit, c’est un outil important parmi d’autres pour faciliter l’accès aux soins. Cependant, nous en connaissons tous les limites : le Morvan est un massif montagneux. Son charme passe aussi par de la neige et des plafonds bas, en automne et en hiver.
Enfin, un accouchement peut être programmé ou prévisible, mais il peut aussi être une urgence, d’où l’importance d’un parcours limité et sécurisé pour rejoindre une maternité. Au-delà du fait que la formule hôtelière ne soit pas adaptée à tous les cas, elle est en plus déstabilisante dans la mesure où elle crée des ruptures de parcours et de prise en charge pour la parturiente.
Bref, personne n’est dupe, et au "plan B", je préfère le "plan R", comme « Reprise d’activité », et le "plan C", comme « Coopération entre établissements ».
Rémy REBEYROTTE
Député de Saône-et-Loire.